Fanfictions françaises sur les groupes d'idoles coréennes en vogue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un lot chaud comme la braise : yaoi! - 16

Aller en bas 
AuteurMessage
Shu
Admin
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 29/03/2010
Age : 36
Localisation : Belgique

MessageSujet: Un lot chaud comme la braise : yaoi! - 16   Ven 14 Sep - 13:23

Il souriait tendrement, le regard perdu dans le vague. Ren était assis sur le bord de son lit et repensait à ces deux merveilleuses semaines passées au sein du groupe, à ces moments de pur bonheur, de franches rigolades et de coups de gueule aussi.
Mais malheureusement pour lui, le retour s’annonçait. Dans deux jours, il allait reprendre le train et retourner à l’autre bout du pays, chez ses parents.
« Et redevenir un fan parmi tant d’autres… » Dit-il, de la tristesse dans la voix.

Après un soupir, il se leva et jeta un coup d’œil à ce qui fut sa chambre durant ces quinze jours. Elle était petite, bordélique, et remplie de cadeaux que les garçons lui avaient offerts. Son regard se posa d’ailleurs sur l’un d’eux: une peluche rose. Celui-ci venait de BaekHo, il l’avait reçu hier soir.
« Il est fou, je pourrai jamais tout mettre dans ma valise. » Dit-il en l’attrapant.
En effet, le décoloré semblait très attaché au petit blond, il n’avait cessé de lui offrir des nounours, des vernis (puisqu’apparemment, il adorait ça), toutes sortes d’accessoires ou de vêtements, et quelques fois, il lui arrivait de lui offrir des choses plus personnelles, comme son t-shirt préféré ou sa casquette fétiche. Ren était comblé, lui qui l’adorait tout particulièrement, il ne pouvait pas demander mieux.
« Ah si… qu’il m’embrasse. » Souriait-il avant de grimacer.
Pourquoi le nier ? Il n’était pas un saint et assumait parfaitement son homosexualité, il rêvait qu’un jour, il se penche sur lui et dépose ses lèvres sur les siennes. Juste un contact, même de quelques secondes, il en serait plus qu’heureux. Evidemment, il ne dirait pas non à plus, mais rien qu’un baiser rapide, il pourrait se vanter d’avoir frôlé le vrai paradis.
Mais ça… C’était comme espérer voir un jour Joon des Mblaq connaître ses tables de multiplications. Jamais cela ne se produirait, autant pour lui que pour le jeune « ninja assassin ».
« Enfin… Voyons le bon côté des choses, il m’a tenu la main, m’a pris dans ses bras, m’a fait des tonnes de bisous sur la joue. Je ne devrais pas me plaindre ! » Dit-il en reposant le cadeau sur l’armoire.
« Te plaindre de ? » Fit la voix de BaekHo.
Ren sursauta. il se retourna, les joues légèrement rosies et secoua la tête.
« Euh, de rien ! Je me parlais tout seul. »
« J’ai cru comprendre. » Répondit-il, taquin.
Il lui tira vaguement la langue.
« Que me vaux ta charmante présence dans mon espace personnel ? » Demanda-t-il en s’installant de nouveau sur son lit.
Le jeune homme s’installa à côté de lui, il semblait un peu nerveux, remarqua-t-il. Habituellement, il ne la fuyait pas du regard, alors que là, les murs de la chambre semblaient plus intéressants que lui.
« Qu’est-ce qui ne va pas ? » S’empressa-t-il de demander, curieux de savoir pourquoi il avait un comportement si étrange.
« En fait… (il se racla la gorge)… J’aimerai profiter que les autres soient occupés ailleurs pour te dire quelque chose. » Commença-t-il.
Voilà que son visage devenait rouge. Qu’allait-il lui annoncer. Le blond ne pouvait s’empêcher de sourire. Il était tellement craquant.
« Oui ? Je t’écoute… Et euh… Ils sont où les autres ? »
Après réflexion, c’est vrai que l’appartement était plutôt calme, on n’entendait plus JR et Aaron se chercher des poux.
Cela devenait vraiment mystérieux.
« Ils s’occupent de quelque chose, autre part, pour demain. » Répond-t-il rapidement, comme s’il voulait expédier cette partie de la conversation.
Il hocha la tête.
« Je… sais que je n’ai pas le droit… Mais… J’aimerai te demander quelque chose. »
Ren ne comprenait plus trop, voulait-il lui dire ou demander quelque chose ? Il attendit patiemment qu’il termine, surtout qu’il avait l’air de ramer sévère.
« Tu pars bientôt et ça me fait mal… Mais j’aimerai garder un souvenir plus fort… plus profond de toi. Le genre de souvenir qui ne s’effacera jamais. » Expliqua-t-il. Il se gratta l’arrière du crâne de façon furieuse. Il lui attrapa alors la main et la garda dans la sienne.
« Tu vas te faire un trou si tu continues. »
BaekHo se retourna vers lui au moment même où elle l’avait touché, surpris. En général, c’était lui qui prenait les devants, il était tactile, beaucoup plus que lui. Et là, Ren l’avait devancé, il était tout perturbé le pauvre.
« Ca va me manquer… » Murmura-t-il, les yeux rivés sur les doigts qu’il entrelaçait avec les siens. Se rendait-il compte de son geste ? Le décoloré restait silencieux, son regard noisette posé sur le sourire triste du petit blond.
« Tu n’as pas idée à quel point j’aurai aimé avoir la chance de pouvoir te tenir la main tous les jours, sans me cacher… » Avoua-t-il, sur le même ton. Ren ne releva pas le menton, son sourire s’agrandit néanmoins. Et son cœur battait à un rythme affolé.
« Embrasse-moi.. » Dit-il, après un court silence. BaekHo gigota légèrement mais finit par se pencher lentement, la main posée sur la joue de Ren. Il tremblait, pouvait-il sentir. Et cela la fit sourire davantage. Il avait l’air tellement viril, malgré son âge, tellement « mec » et là, il semblait tout fragile, sensible et tendre.

Lorsqu’il se retrouva à quelques millimètres de lui, Ren redressa la tête et croisa le regard de BaekHo. Leurs nez se touchaient.
Une décharge électrique traversa leur corps et ils s’embrassèrent. On aurait pu croire que leur premier baiser serait doux, sensuel, léger, timide, un peu maladroit aussi, mais au contraire, ils ne se décollaient que de quelques secondes pour reprendre leur souffle.
C’était comme si… la barrière de leurs envies avaient cédé, que leur retenue avait disparue.
Ren n’en revenait pas, il embrassait BaekHo. Ce qu’il éprouvait, en partie, pour lui, était réciproque. Pour un peu, il en pleurerait de joie. Mais les mains du jeune homme se firent aventureuses.
« Pa… Pardon… » Dit-il, essoufflé, les joues plus que rouge. Il avait chaud. Très chaud…
Ren se mordit les lèvres, il mourrait d’envie d’aller plus loin, mais était-ce raisonnable ? Les autres pouvaient arriver à tout moment et s’ils les voyaient dans le même lit, il n’osait pas imaginer le scandale.
« Aaah… » Souffla-t-il en se laissant tomber sur le matelas. C’était si dur, si difficile de faire un choix. BaekHo était là, juste à côté, prêt à lui sauter dessus. L’unique chance de sa vie de pouvoir atteindre le véritable septième ciel… Enfin, du moins, c’est ce qu’il pensait. Il ne pouvait pas imaginer le garçon de ses rêves être un véritable manche au lit.
« Hm… Ils… ne seront de retour que vers… vingt trois heures au moins. » Dit-il, un peu mal à l’aise, retrouvant un intérêt pour les murs de la chambre.
Il sourit. Mais toujours allongé, il attrapa le bas de la chemise de BaekHo et tira dessus. Celui-ci se retourna à moitié, intrigué.
« Quoi ? » Demanda-t-il doucement.
Ils étaient comme dans une bulle.
Il se redressa sans un mot, juste un petit sourire aux lèvres, et déboutonna lentement la chemise. Le décoloré senti son sang ne faire qu’un tour dans ses veines, son cœur battait à tout rompre et il fallait le dire, une zone en particulier était en train de se réveiller.
Malgré l’excitation, il tremblait d’anticipation, de peur. C’était tout de même sa première fois…
Ren était arrivée à la fin, il ouvrit, toujours avec la même lenteur, le vêtement et découvrit un torse finement musclé à la peau laiteuse. il senti une vague de chaleur le parcourir à cette vue. Dieu qu’il était désirable, ce garçon. il se rapprocha ensuite et fit glisser le tissu des épaules de BaekHo…
Il faisait calme, on ne pouvait entendre que leurs respirations rapides et fortes, celles qui traduisaient leur envie de l’autre. Ren attrapa les mains du jeune homme et les posa sur ses épaules, il lui fit comprendre qu’il devait lui aussi le déshabiller. Le décoloré tremblait toujours autant, il avait la paume moite, mais il exécuta l’ordre silencieux. Avec une extrême lenteur, comme s’il avait peur de faire mal, il souleva le t-shirt du blond. Il s’arrêta cependant avant que le vêtement ne soit relevé trop haut, avant qu’il ne découvre le torse de Ren. Celui-ci émit un petit rire amusé. BaekHo était décidément très timide à ce niveau là. Il releva la tête.
« Quoi ? »
« Rien, désolé…» Sourit-il.
Voyant qu’il était bloqué, il attrapa ses poignets et termina le travail. Ren finalement en torse nu.
BaekHo resta coincé sur celui-ci après avoir échappé un « woah ».
Pendant qu’il s’émerveillait, Ren glissa les mains sur les côtes du décoloré et cela le reconnecta au monde. Il sursauta légèrement. Le blond continua à le caresser, lentement, avec beaucoup de douceur. Il voulait en profiter un maximum et imprimer la texture de la peau du jeune homme dans la sienne. C’était la seule et unique fois qu’il avait l’occasion de le toucher de la sorte, il fallait vraiment qu’il profite de cet instant.

On avait déjà touché son torse, son ventre, son dos, même ses cuisses, les stylistes, habilleuses, maquilleuses avaient maintes fois posés les doigts sur son corps, mais aucune d’elles ne lui avait provoqué des frissons aussi intenses. Ren le rendait fou, juste en effleurant sa peau. Il passait sur les côtés, sur le ventre, il remontait, du bout des doigts, lentement, comme si elle aussi avait peur de le briser. BaekHo avait fermé les yeux et ne se rendait pas compte qu’il soupirait de plaisir à chaque caresse. Le jeune homme avait également beaucoup de mal à ne pas le renverser sur le lit et lui grimper dessus. Tout semblait être au ralenti et la faible lumière qui émanait de la petite lampe de chevet rendait la scène très sensuelle.
« Caresse-moi… » Souffla Ren.»
« Je… Je… » Balbutia BaekHo. Il en mourrait d’envie, mais il n’y arrivait pas, il n’osait pas.
« S’il te plaît… Prend-moi dans tes bras, alors… » Continua-t-il.
Le décoloré craqua. Cette voix, il le suppliait en plus. Il glissa ses mains sur la taille du blond et le souleva pour le poser sur ses cuisses. Ren se retrouva donc face à lui, le torse collée à celui du chanteur. Il pouvait sentir son cœur s’affolé. Ou alors était-ce le sien ? Peu importe, il avait contre sa peau, celle de BaekHo. Ce qu’il avait imaginé plus d’une fois, ce produisait enfin.
Il le serrait très fort. Il lui montrait qu’il n’avait aucune envie de le laisser partir. Et il caressa son dos, comme pour le rassurer, déposa ses lèvres dans le cou du jeune homme. Il l’embrassa, mordilla, joua avec sa langue. Il n’avait pas conscience que cela mettait BaekHo dans tous ses états.
« Je vais devenir dingue si tu continues… » Avoua-t-il, à moitié en gémissant. Ce qui provoqua une vague de chaleur chez Ren.
Lui qui le câlinait à cet endroit sans arrières pensées.
Inconsciemment, ses mains étaient posées sur le haut des fesses de Ren et lorsqu’il s’en rendit compte, il voulu les retirer et les placer ailleurs. Mais…
« Non. Non… Reste là, caresse-moi. Je veux sentir tes mains partout… »
Il ferma les yeux. Il n’arrivait pas à croire ce qu’il osait lui demander. Le décoloré avalait sa salive bruyamment, gêné, mais heureux. Il avait l’autorisation. Il l’avait depuis le début, mais là, il savait que désormais, il pouvait y aller réellement. Alors il glissa ses doigts sous la ceinture de Rein, frôlant la peau.
« Seigneur… »
Cela suffit au jeune homme pour l’envoyer au paradis.
Leurs lèvres se retrouvèrent pour un baiser passionné, enflammé, il avait glissé ses doigts dans les très courts cheveux de son amant, et lui, il continuait de la caresser sous les fesses. Une étape était sur le point de se franchir quand la voix de JR ô combien agréable à entendre à un tel moment se fit entendre dans le salon.

Apparemment, les garçons étaient de retour bien plus tôt que prévu.

« Merde. » Paniqua BaekHo en s’écartant de Ren qui se rhabillait aussi vite.
« Il faut qu’on ait l’air d’avoir discuté. » Dit-il en l’aidant à remettre sa chemise.

Et de l’autre côté de la porte, des pas se firent plus bruyants.

« JR, je te hais. » Grommela BaekHo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionsfrancaise.forumactif.com
 
Un lot chaud comme la braise : yaoi! - 16
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaude comme la braise
» Chaud et froid
» Portrait d'Homme
» le 13, z'étaient chauds comme la braise !!!
» Un hobby pas comme les autres ! Mon fursuit.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fanfictions :: Nu'Est-
Sauter vers: