Fanfictions françaises sur les groupes d'idoles coréennes en vogue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vrai ou Faux : 8 chapitres en ligne ! 26 mars 2010

Aller en bas 
AuteurMessage
Shu
Admin
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 29/03/2010
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Vrai ou Faux : 8 chapitres en ligne ! 26 mars 2010   Lun 29 Mar - 15:30

Titre : Vrai ou Faux
Auteur : Shu
Couple(s) : A vous de lire pour le découvrir
Rating : Pas pour les enfants, mais bon...
Genre : Futur lemon, Angoisse, Frayeur, Stress, Humour...
Disclaimer : Les garçons appartiennent à leurs parents respectifs, le staff et tout ce qui touche de près ou de loin à la JYP ne m'appartiennent pas, mais le reste, oui !
Petite note personnelle : Elle est longue, stressante, drôle... et c'est surtout la première fois que j'écris quelque chose d'aussi long. xD
__________________________________________

- = Vrai ou faux ? = -


CHAPITRE I : L'annonce qui fait plaisir à tout le monde !
Après avoir fouillé tous les recoins du salon, allant même jusqu'à regarder sous le tapis, Wooyoung se dirigea vers la cuisine.
Il scanna la pièce du regard et fronça soudain les sourcils. Le placard se trouvant en dessous de l'évier avait bouger.
Un sourire carnassier se dessina alors sur son visage.
Il ouvrit le frigo et s'exclama.
Wah ! Il reste une dernière part de gâteau ! C'est génial ! Il est à moi !
Alors qu'il tirait l'assiette à lui, il sentit une pression sur son bras.

"Alors, t'as deux secondes pour décoler ton dentier de ma peau ou c'est sur la tête que je t'écrase ce délicieux gâteau."

Chansung lâcha sa prise et fixa la pâtisesserie avec des yeux gourmands.
Le petit brun déposa le plat sur la table, referma le frigo, et tira une chaise. Le cadet ne quittait pas son trésor à la crème fraiche.

"Bon. Toi, c'est fait. Vas-y, fais toi plaisir. Je vais trouver les autres." dit-il en tapotant le siège.

Le plus jeune s'installa sans perdre une seconde, une cuiller à la main.
Faudrait m'expliquer... Je ne te vois jamais ouvrir le tiroir à couverts mais t'en as toujours un sur toi. Tu dors avec ou quoi ? Sourit-il avant de quitter la pièce, laissant son ami en tête à tête avec l'amour de sa vie.

Alors qu'il se trouvait dans le couloir, menant aux chambres, se demandant de quel côté fouiner, un bruit se fit entendre sur la gauche. Ni une ni deux, il se jeta sur la porte et l'ouvrit à la volée. A l'intérieur, Junsu sursauta avant de se mettre à courir partout dans la pièce.

"Aah ! C'est de la triche ! J'me suis cogné contre le lit !" se défendit-il en rigolant, faisant des cabrioles pour échapper aux mains du gars de Busan.
"T'as qu'à mettre tes lunettes !" répliqua l'attrapeur.
"Argh !"
"Hehe ! Dans la cuisine avec Banana !"ordonna le garçon aux joues de hamster, après avoir toucher la cuisse de son compagnon.

De nouveau dans le couloir, scrutant les environs comme le ferait Terminator lui-même, le petit brun, sur la pointe des pieds, se dirigea vers la deuxième porte, celle se trouvant juste à côté de la pièce d'où il était sorti.
Il posa la main sur la poignée, un énorme sourire sur les lèvres, certain d'y trouver un autre membre du groupe, sans doute aussi mal planqué que les deux précédents.

"Jay... "chuchota une voix.

Wooyoung se retourna, au taquet, l'oreille à l'affut, réagissant au moindre son, et vit Taecyon faire signe au leader.

"We spotted ! "s'exclama soudain celui-ci en rigolant.

Les deux américains se mirent à cavaler vers le salon, qu'ils traversèrent en hurlant de rire, et terminèrent écrasés contre la porte d'entrée.
On a gagné ! Crièrent-il à l'unisson.
Ils sautaient sur place, fiers d'avoir échapper aux mains du Scanti Dancer.
C'est toi qui t'occupera de nous faire la cuisine pendant une semaine, déclara l'aîné de la bande.
"Hey ! Je perds seulement si Nickhun vous rejoints ! Si je l'attrape, c'est moi qui gagne ! N'oubliez pas !"
"Mais tu ne le trouvera pas ! Ahah ! T'as perdu d'avance !"

Il leur tira la langue et retourna dans le couloir, bien décidé à arracher le thaïlandais de sa cachette.

Alors qu'il ouvrait toutes les portes qu'il pouvait, sautant sur tout ce qu'il voyait, fouillant même les tiroires à chaussettes, Junho et le manager rentrèrent à l'instant dans l'appartement et se déchaussèrent.

Celui que l'on surnomait Rainy, de par sa forte ressemblance avec le chanteur Bi Rain, revenait à d'une énième séance de photos, et l'homme avait tout simplement été le récupéré à la fin du shooting comme il le faisait pour chaque membre.

"Les garçons, dans le salon, je dois vous annoncez quelque chose." dit celui-ci.

Jaebum se leva et, en bon leader, appela les deux membres manquants.

"Réunion !" cria-t-il.

Nickhun et Wooyoung apparurent donc, main dans la main, le deuxième ayant une moue boudeuse.

"J'avais gagné la partie... " pleurnicha-t-il.

Il avait découvert le jeune homme planqué sur le balcon de la chambre, tremblant de froid.

Le groupe s'éparpilla dans la pièce : «Papy» s'installa dans le sofa, plaçant ses jambes sur celle du sosie de Rain, qui ne broncha pas par manque de courage. Taecyon s'adossa au mur, Chansung alla s'asseoir là où il restait de la place libre dans le divan : à la droite de Junho. Junsu, Wooyoung et Nikchun étaient assis sur le sol.

"Bien... Il s'agit d'une émission. Mais...commença-t-il avant de grimacer, se grattant le crâne, l'air embêté, elle est bien plus particulière que toutes celles auxquelles vous avez participé."

Les garçons se regardèrent. Se demandant sur quel coin du meuble leur patron s'était encore cogner en se levant ce matin.

"Hmm... Je vous avoue, je n'étais pas particulièrement d'accord avec ce programme, mais comme vous le savez, quand monsieur Park à une idée en tête, il ne l'a pas autre part."

Ils approuvèrent tous d'un même mouvement.

"En fait, le but de cette émission est de filmer vos réactions lorsqu'un phénomène étrange se produit, explique-t-il, au début, continue-t-il, monsieur Park voulait que tout se fasse avec trucages, sans que vous soyez au courant, évidemment, mais il est revenu me voir, avec un sourire effrayant, et m'a dit que l'émission aurait plus de succès si vous étiez filmés dans une maison hantée... "

Junsu leva les yeux au ciel, trouvant cette idée absurde.

"Mais... Où va-t-il trouver une maison hantée ? Enfin... Je veux dire, réellement hantée ! Ca n'existe pas, ce ne sont que des histoires.."

Le manager continua ses explications.

"Des maisons hantées, on peut vous en trouvez à la pelle, ce n'est pas ce qui manque... Toutes ces vieilles baraques en ruine, perdues dans les campagnes, éloignées de la civilisation..."

Junho, la tête ayant glissée sur l'épaule de Chansung, d'une voix lente, preuve qu'il était vraiment très fatigué, le coupa.

"De vieilles baraques avec leurs histoires, oui... Mais elles ne sont pas forcément habitées par des fantômes."

"Oui, je sais. Je ne dis pas qu'elles le sont toutes, mais il m'a sortit toute une liste de maisons qui ont été les témoins de phénomènes paranormaux.

"Il ne veut pas plutôt qu'on crée une émission où chacun d'entre nous se retrouve face à ce dont il a le plus peur ? S'ils veut des réactions, c'est aussi bien de cette manière, que d'aller trainer sur des lieux sacrés, non ? Ca serait plus fun, aussi." demanda Wooyoung.

Taecyon se redressa et reprit l'idée du petit gars de Busan.

"Oui, par exemple, vous mettez Jay dans une cage et vous lui tapez des serpents" rigola-t-il, imaginant le plus vieux paniqué, des dizaines de couleuvres aux pieds.

"Ahah... Toi on te tapera devant les bisounours." rétorqua-t-il, non sans rire.

"Je comprends votre réaction. J'ai bien essayé de l'en dissiuadé, croyez-moi, mais il veut la faire. Et vous savez comment cela se passe. Quand il veut quelque chose, il l'a."

Nickhun se leva.

"Bien... On a pas le choix, hein. Alors, on y va quand ? Combien de temps ? Et... bien évidemment, on aimerait avoir des infos sur la maison que nous allons visités."

Le manager acquiesça.

"Oui, il est normal. Je vous explique cela dans quelques instants."

Il disparu dans sa chambre et revint quelques secondes plus tard avec son laptop.

"Alors... Voilà comment vont se dérouler les choses. Nous allons vous conduire dans cette maison." dit-il, avant de tourner l'écran de l'ordinateur vers les garçons.

"Ah ! J'la connais !" s'exclama Wooyoung, "mais il ne s'est rien passé là-dedans !"

"D'après l'article, il paraît que oui." lui dit l'homme.

"Bah... Faut pas toujours croire ce qu'on raconte, vous savez... On m'a dit que les habitants de cette maison l'avaient quitté après la guerre, car ils voulaient d'une plus petite maison... La femme étant malade, elle ne pouvait pas l'entretenir... "

"Eh bien, dans le texte, ils racontent qu'ils ont été massacrés dans leur maison..."

Ce qui jeta un tout petit froid dans l'assistance.

"La cause ?" demanda Chansung, intrigué par cette sombre histoire.

En fait, tout le monde avait un peu zappé le pourquoi du comment ils étaient réunis et s'intéressait désormais à l'histoire de cette maison.
On aurait dit des gosses assis autour de leur professeur qui leur racontait une histoire pour leur faire peur.

"Hmm... Je n'aime vraiment pas ça... " soupira le manager.

"Ce ne sont que des histoires, hyung, arrêtez de stresser pour nous. On y croit pas." le rassura Junsu, une main sur l'épaule de son aîné.

Les autres acquièscèrent aussi. Aucun d'eux n'avaient peur. Ils n'y croyaient absolument pas. Ce qui les chiffonnait au fond, c'était d'aller «s'amuser» sur des lieux sacrés, qu'il se soit passé quelque chose de tragique ou d'extraordinaire, il y avait une histoire et ils n'aimaient pas spécialement aller trainer là, par respect aux propriétaires, aux personnes ayant vécus dans ces habitations.

"Bien... Alors, pour répondre à ta question, Chansung, d'après l'article, la famille a été massacrée par un jeune homme qui se donna la mort après avoir décimé les six personnes dans la maison."

"Woah... "souffla le benjamin de la bande, "mais massacré comment ?" Insista-t-il.

"Hmm... Vous voulez vraiment savoir les détails ?" demanda-t-il, mal à l'aise.

"Bah... On ne sera pas plus traumatisé par cette histoire que parce qu'on lit ou on voit à la télé, que cela soit vrai ou fictif... " expliqua Nickhun.

"C'est triste, ouais, mais après... C'est fait... On est curieux. On est jeune ! " ajouta Wooyoung.

Le manager leva les yeux aux ciels, n'ayant jamais entendu une excuse aussi pourrie que celle-là et pas vraiment étonné que celle-ci soit sortie par Youngie.

"Alors... Si vous faites des cauchemars, ne venez pas me voir après !" prévint-il, à moitié sérieux.

"Promis ! " sourit le petit brun.

"Hmm... Ils racontent que..."

L'homme se fit couper par la sonnerie de son téléphone.

"Ah ! Tiens, c'est le boss. Excusez-moi, les garçons, je vous reprends après."

Il se leva, prit son ordinateur sous le bras et alla s'enfermer dans sa chambre.

"Qu'est-ce qu'il va encore changer, lui ?" soupira Junsu, allongé sur le sol, les yeux clos. Il commençait à fatiguer, il était tard.

"Avec du bol, il va changer d'avis, il va réaliser que c'est débile et il va nous proposer quelque chose d'autre ?" dit Wooyoung, n'y croyant pas une seule seconde, mais essayant malgré tout de s'en convaincre.

"Ou pas..." termina Taecyon avant de disparaître dans la cuisine.

"En tout cas, moi, j'y crois pas à ces conneries. Tout ce que je veux, c'est me retrouver dans mon lit et ne pas ouvrir les yeux avant demain matin !" fit Junho, s'installant plus confortablement sur l'épaule de Chansung.

"Sérieux... C'est pas flippant, cette histoire ?" demanda celui-ci.

"Bah... Flippant, non. Triste, oui. Mais après, qu'est-ce que tu veux que ça nous fasse d'autre ? Des tragédies, y en a toujours et partout, c'est pas qu'on soit blasé, mais... voilà, quoi, c'est du passé, j'ai de la peine pour cette famille, mais ça ne me fera pas croire aux fantômes pour autant" répondit Nickhun, faisant les cents pas dans le salon.

"De toute manière, on va la faire cette émission et quand il verra qu'il ne se passe rien, car c'est certain qu'il n'y aura rien, ça n'existe pas ce genre de truc, on ne me fera pas avaler ces conneries... Mais quand il verra qu'on a pas peur, il arrêtera l'enregistrement et on fera autre chose." ajouta le leader.

Allongé, toujours, le bras de la «biche» se tendit en l'air.

"Exact ! Autant lui montrer qu'il est à côté de ses pompes, ça sera plus rapide que d'essayer de le convaincre."

Ils acquiescèrent. C'était la seule solution pour se débarrasser de cette émission stupide.

"Moi, j'sais pas... J'crois pas que j'aimerai traîner dans un endroit pareil... J'trouve ça malsain..." continua le cadet, n'ayant apparemment pas encore compris qu'il était le seul à y croire.

"Ce que t'es naif, toi... " sourit Jaebom, pire que Youngie, dit-il en mettant un petit coup de pied au concerné, le faisant s'écrouler sur Nickhun.

"J'suis pas naif ! J'suis juste... pas... j'suis... J'en sais rien, mais je ne le suis pas !" se défendit l'hypnotisé de Starking.

Le manager revint dans le salon.

"Bon... Je crois que vous n'allez pas être contents, mais l'émission commence cette nuit. Il m'a appelé pour me dire que le staff était déjà sur la route. Je vais devoir vous y amener."

Il eut un mouvement de révolte.

"Je sais, je sais ! Cela ne me fait pas plus plaisir ! Mais ce sont les ordres. Alors vous vous habillez chaudement. "expliqua-t-il en enfilant sa veste à l'entrée.

"Combien de temps allons-nous rester ?" demanda Nickhun.

"Le temps que quelque chose se passe, je pense ?" répondit l'homme.

"Mais il ne se passera rien..." soupira Junsu, agacé de voir que le manager semblait convaincu qu'il y aurait quelque chose, alors qu'il était évident que ce ne serait pas le cas. Il aurait bien voulu conseiller à l'homme d'arrêter les films d'épouvante, mais sa bonne éducation l'en empêcha.

"Nous verrons. Mais si cela dure trop longtemps, il est évident que nous revenons à l'appartement, " expliqua le manager avant de partir chauffer le moteur du van.

Les garçons se levèrent difficilement du divan. Chansung tira Rainy et le traina presque dans la chambre de ce dernier, le laissant aux soins du leader avec qui il partageait la pièce.
Il se rendit dans la sienne et s'y prépara. Les autres firent de même.

Un petit quart d'heure passa et ils sortirent de l'appartement.

Ils se dirigèrent vers l'ascenceur. Junho râlait, il avait passé la journée à courir partout et il allait devoir tourner une émission stupide au lieu d'être dans son lit bien chaud. Le cadet, jamais très loin du brun, ne parlait pas. Il semblait un peu inquiet de se rendre là-bas...
Jaebom et Taecyon étaient à l'avant et faisaient les singes comme d'habitude, Junsu, Wooyoung et Nickhun fermaient la marche.

"Je vous parie que s'il voit que ça ne marche pas, il va quand même demander au staff de créer des effets... " fit Junho, toujours l'ai renfrogné.

"Faut s'y attendre... mais bon, comme on le sait, ça ne changera rien, il ne pourra pas nous prendre par surprise. Son émission est vouée à l'échec." ajouta Junsu, plus que convaincu de faire capoter le programme.

"Il a intérêt à nous taper une semaine de vacances après ça." dit Wooyoung, appuyant sur tous les boutons de l'ascenseur, se faisant gronder gentiment par le châtain.

Adossé, le regard dans le vide, le benjamin ne vit pas la main de Junho s'agiter devant lui.

"J'crois qu'on a un soucis, les gars."

Les portes s'ouvrirent et ils traversèrent le parking sous-terrain.

"Hey... Si ça existait vraiment, tu ne crois pas qu'on en ferait tout un foin ? Qu'on en parlerait tout le temps et partout. Si les fantômes existaient vraiment, on ne parlerait pas que dans les revues, les vieux bouquins... " expliqua Junho, attrapant le bras du plus grand.

"Hmm... Oui, c'est vrai. Je suis stupide."

"Mais non ! Allez, relaxe toi, on va lui expédier son émission et on va pouvoir revenir à la maison. J'te propose même une partie de jeux vidéos avant d'aller au lit."

S'il y avait deux choses auxquelles il ne pouvait résister, c'était la nourriture et les consoles.

"C'est moi qui choisis le jeu !"

Ils montèrent dans la camionnette, direction : le fin fond de la campagne.


_________________________________


CHAPITRE II : Pas envie de prendre racine !

Entassés comme des sardines dans la camionnette, les garçons continuèrent de questionner le manager au sujet de cette émission et de cette fameuse maison au passé tragique.

- Bon, le staff, comme je vous l'ai dit tout à l'heure, est en route. Il y aura deux équipes. Ils vous filmeront dès l'entrée et tout au long de votre visite, expliqua l'homme.

Assit du côté passager, Nickhun :

- Au fait, vous n'avez pas terminé votre histoire, à propos de ce massacre, lui dit-il.

A l'arrière, entre la vitre et Junho, le cadet du groupe frissonna. Ce mot lui faisait redresser tout l'épiderme.

- Ah... souffla le manager.

Il pensait qu'ils avaient oublier ce détail et qu'il échapperait à cette bien triste explication, mais c'était sans compter sur la bonne mémoire du châtain.

Après un court moment de silence, priant très fort pour que les garçons n'insistent pas, il reprit son histoire.
Il avait senti deux regards pesant sur lui.

- Disons que le jeune homme dont je vous ai parlé, était amoureux de la fille du propriétaire. Mais celui-ci n'était pas vraiment d'accord que ce paysan, car il était issu d'une famille pauvre, s'intéresse à sa progéniture.

Wooyoung, toujours coincé entre les deux américains à chaque fois qu'ils se retrouvaient tous dans le même véhicule, se redressa et posa une main sur l'épaule du chauffeur.

- Une histoire d'amour qui a mal terminé ? Demanda-t-il.
- Eh oui...
- Et il a tué tout le monde, furieux de ne pouvoir l'aimer ? Continua Nickhun.

Dans le fond, Junsu leva les yeux au ciel.

- Exact. Seulement... il ne s'est pas contenté de les tuer, l'un après l'autre, il les a carrément massacré, raconta le conducteur.

De nouveau, Chansung frissonna. Il se promit de lui balancer, manager ou pas, un truc sur la tête s'il prononçait encore ce mot affreux.

- Il a fait quoi ?

Le petit gars de Busan et le thaïlandais, semblaient s'intéresser finalement à l'histoire, alors qu'ils étaient les premiers à ne pas y croire. Jaebum avait décidé de profiter du trajet pour se faire une petite sieste et Taecyon, comme à son habitude, le taquina. Junsu avait abandonné et s'était enfoncé les écouteurs dans les oreilles, préférant sa musique à tout ce carnaval. Et Junho, la tête pratiquement toujours collée sur l'épaule du plus jeune, écoutait d'une oreille, sombrant tout doucement dans un sommeil.

Le trajet dura une bonne heure, durant laquelle, finalement, le manager s'était prit au jeu, racontant toute l'histoire en détail, faisant sursauter les deux curieux. Il s'amusait à éxagérer certains faits, à mettre les formes, à faire durer le suspens.
Dans un coin de sa tête, il s'en voulait, car ce n'était pas respectueux envers cette pauvre famille disparue tragiquement, et pour les deux garçons, qui, pour une fois, l'écoutait attentivement, car il n'aimait pas leur faire peur inutilement...mais bon... Il se promit qu'il irait prier dimanche matin, histoire de se faire pardonner.

Taecyon avait laissé tomber l'idée d'embêter son leader quand celui-ci lui avait mit un coup dans le ventre pour le calmer. Il s'était alors retourner vers Wooyoung, toujours plongé dans l'histoire du manager, la bouche ouverte, et le pincait.
Quelques fois il se ramassait des coups, mais le petit brun était bien trop absorbé par les parloles de l'homme que pour se défendre convenablement. Ce qui convenait parfaitement au fashion terrorist.

Les autres n'avaient pas spécialement bouger depuis le départ, si ce n'est que Junho était complètement endormit et que Chansung stressait au fur et a mesure que la voiture roulait, se rapprochant de cette fameuse maison.
Il aurait voulu ne pas prêter attention à ce qu'il se disait à l'avant, mais il n'y était pas parvenu et avait tout écouté.

- Sérieux... Ils me font flipper, soupira-t-il en fermant les yeux.

Le van s'arrêta enfin. Tout le monde sortis, certains en soupirant de satisfaction, ne supportant plus d'être serrer, d'autres en baillant car pas assez dormi. Junsu n'eut aucune réaction en voyant les deux immenses grilles, tout droit sorties du film « La famille Adams », mais remarqua l'absence du staff, censé être présent. Si ses souvenirs étaient juste, d'après le manager, les équipes auraient dû être là, puisqu'elles étaient déjà en route lorsqu'il en avait parler tout à l'heure.
Et il n'y avait qu'eux en ce moment.
Il se tourna vers l'homme et lui fit part de sa remarque.

- Je vois, oui... Je vais les appeler pour savoir où ils se trouvent. Ils ont dû prendre un autre chemin parce que nous ne les avons pas croisés.

Il prit son téléphone et s'éloigna un peu.

Les autres, l'un à côté de l'autre, la tête en l'air, poussaient des cris admiratifs, impressionnés, devant l'entrée seulement éclairée par la pleine lune.
Le décor était digne des films d'horeur qu'ils avaient pu voir quand ils étaient tranquilles à la maison.

- Bon... ils ont eu un petit soucis. On va devoir les attendre, grinça le manager en revenant près des garçons qui s'étaient retournés vers lui.

Sauf Chansung. Il avait vu quelque chose passé de l'autre côté des grilles. C'était rapide.

- On remonte ! Dit l'homme en s'installa au volant.

Il faisait froid, sombre... Que pouvaient-ils faire d'autre ? Ils n'allaient pas prendre racine devant la propriété.

- Alors ?

Junho fut le premier à monter, bien décidé à reprendre sa nuit où il l'avait arrêté. Taecyon poussa le leader, qui se chamailla aussitôt avec, Nickhun reprit sa place à côté du conducteur et Wooyoung, mort de rire devant les deux américains qui faisaient les singes, s'installa là où il était avant de descendre.

Junsu appela Chansung.

Sans bouger, celui-ci, murmurant, il dit à son ami :

- J'ai vu quelque chose, hyung... Là... j'l'ai vu... ça a bougé vite...

L'autre s'était rapproché et scrutait les environs.

- T'es parano, lui dit-il avant de se retourner.

Le cadet secoua lentement la tête. Il ne l'était pas. Il était certain d'avoir vu quelque chose bouger.

- A cause de vos histoires, on a notre maknae qui voit des choses ! Gronda-t-il les autres.

Junho, qui s'était bien installé, qui s'était même presque assoupit, ressorti de la camionnette et attrapa le bras du benjamin.

- J't'ai dit quoi ? Y a rien... T'as du voir un rat. C'est sûrement blindé de ces bestioles-la, puisque c'est abandonné. Reviens à l'intérieur, on va jouer à un jeu.

Sans rien dire, se laissant guider, le regard toujours braqué sur les grilles, il se fit tirer dans le véhicule.

- T'as vu quoi ? Le questionna le manager, en se retournant vers les garçons.
- Je sais pas trop... quelque chose... C'était trop rapide.
- Un rat ! Que voulez-vous qu'il puisse voir d'autre dans un endroit abandonné ?

Junho fit de gros yeux aux autres, leur faisant comprendre que ce n'était pas le moment de la ramener avec leurs histoires de pseudos fantômes. Qu'il faisait tout pour le rassurer et qu'il ne voulait pas qu'ils viennent tout casser.

- Ah, euh ! Oui ! Certainement.

Le manager s'était remit à son volant, n'osant plus croiser le regard du sosie de Rain, qui, quand il le voulait, pouvait se faire très menaçant.

- Bon ! On va jouer à un jeu... Qui propose quoi ? Demanda Junho, tenant la main du plus jeune.
- Bah... C'est toi qui lance l'idée, c'est toi qui trouve le jeu, fit Jaebom, en tapant sur la tête de Taecyon avec un éventail qu'il avait trouvé sous son siège.
- Ni oui ni non ! S'exclama la victime du leader.
- Ah ! Ouais ! S'excita Wooyoung, aimant participer à tous les jeux, aussi stupides pouvaient-ils l'être.

Ils commencèrent le jeu. Tout le monde, même le manager, y participa. N'ayant rien d'autres à faire.

- Ah ! S'exclama soudain l'homme en voyant les phares d'un véhicule se rapprocher.

Les garçons se tournèrent vers l'arrière et s'exclamèrent aussi. Pas qu'ils étaient heureux de les voir arrivés, car cela voulait dire qu'ils allaient commencer l'émission, qu'ils allaient devoir entrer, au grand damn de Chansung, mais parce qu'ils... que c'était une réaction automatique, en fait. Ils ne savaient pas eux-même pourquoi ils s'étaient exclamés.

Ils descendirent de la camionnette, accueillirent le staff et entamèrent quelques discussions.

- Bien ! L'autre équipe est sur la route et ne va donc pas tarder à nous rejoindre. On va pouvoir commencer, on va mettre en place ce qu'il faut et dès que les caméras sont là, on entre, expliqua le manager aux groupes.

Chansung frissonna. C'était clair, il avait la chair de poule. Il ne voulait pas entrer. Il pensa à un moment se faire porter pâle. Faire la comédie pour ne pas entrer. Mais... si tout le monde allait à l'intérieur, qui resterait avec lui dehors ? Car il ne fallait pas rêver, personne ne le raccompagnerait à l'appartement pour un petit malaise.
Et s'il s'évanouissait ? Non... Il était bon comédien, mais pas à ce point là. Et il ne voulait pas aller à l'hopitâl, car il se ferait griller et se ferait aussitôt engueuler par le patron. Il allait devoir prendre son courage à deux mains, s'accrocher à Junho, et faire l'émission.
Il regarda Junsu et s'excusa silencieusement. Le jeune homme voulait montrer au boss qu'il avait tord de penser qu'ils avaient peur des fantômes, mais à cause de lui, JYP allait avoir ce qu'il voulait : des réactions.

Mais qu'y pouvait-il ? Ce n'était pas de sa faute s'il découvrait que les fantômes lui faisaient peur.

Le staff présent avait coiffés, maquillés, mais pas des masses parce qu'il faisait de toute manière pas assez clair pour voir les quelques défauts que les garçons pouvaient avoir sur le visage, et avait placé les micros sur leurs vêtements. Ils étaient fin prêt à tourner l'émission. Il ne restait que l'autre équipe et ils allaient entrer.

Ce qui ne tarda pas, puisque le véhicule s'arrêta derrière les autres. Un petit groupe sorti et s'empressa de rejoindre les autres, le matos pour le tournage, sur le dos.

Après quelques excuses, ils mirent en place les caméras. Il ne restait plus qu'à appuyer sur le bouton pour enregistrer.

- On entre comme ça ? Je veux dire, on doit dire quoi au juste ?

D'habitude, il y avait un présentateur pour lancer l'émission, mais là, il n'y avait que le groupe, le manager et le staff. Qui allait lancer le programme ?

- Ne vous occupez pas de ça, faites comme si vous étiez seuls. Vous parcourrez la maison tout simplement. On mettera une intro... répondit-il à Junsu.

Un dernier briefing avec le groupe et le staff : tout était okay, ils pouvaient entrer.

L'adrénaline était au rendez-vous, le stress aussi, et pas seulement chez les garçons, certaines personnes constituant les équipes n'étaient pas à l'aise. Mais c'était leur boulot et ils étaient payés pour être ici.

Ils étaient devant les grandes grilles, prêt à pénétrer dans l'enceinte. Derrière eux, les caméras tournaient.

Jaebom, en bon leader, toujours devant, jamais peur, même pas dans une grotte, poussa les grilles. Elles grincèrent assez désagréablement, enfonçant le pauvre Chansung dans sa crainte.

- Je déteste cet endroit, je suis désolé pour cette famille, mais je déteste cet endroit... je hais ce bruit, je veux rentrer... murmura-t-il en avançant, la main broyant celle de Junho.
- Arrghh... fit le martyrisé.

Ils se trouvaient désormais dans le jardin. Il n'y avait pas un bruit. Personne ne parlait. Ils regardaient autour d'eux. Ils étaient fascinés, sauf le cadet, qui lui, sentait son coeur s'affoler avec les minutes, parce qui les entourait. Ces grand arbres, qui, malgré la saison, gardaient leurs feuilles, ces ruines, ces grosses pierres, qui, un temps, devaient avoir eu une utilité, une raison d'être là, mais qui faisaient office de monument maintenant.
Ils contiunaient d'avancer, les quelques caméras les filmant. Personne n'osait briser le silence qui avait prit possession de ce lieu depuis tellement longtemps.

Ils étaient devant des marches. Trois. Elle étaient en bois, mais surtout, elles étaient trouées ici et là. Elles avaient vécus. Ils les montèrent, faisant souffrir la matière encore, comme si elle n'avait pas eu son compte auparavant.
Toujours en tête, le leader posa la main sur la poignée en fer rouillé. Il était prêt à pénétrer dans le vif du sujet. Une caméra à quelques centimètres de son visage, il lui fit un clin d'oeil et poussa le portique.
Derrière, deux autres caméras filmaient la réaction des autres garçons.
Mais, à part Chansung, qui montrait clairement qu'il avait les chocottes, bien malgré lui, les autres étaient trop concentrés sur ce que la maison laissait entrevoir au fur et a mesure que Jaebom ouvrait le passage...


___________________________________________________




CHAPITRE III : Superman est parmi nous ! XD (oui, les titres sont pourris, je n'y arriverai jamais ! XD)

Ils étaient à l'intérieur, à l'entrée, serrés l'un contre l'autre - à part les caméramans, eux, ils étaient à l'écart, filmant le petit tas que formaient les garçons - et ils ne bougeaient pas. Ils ne pouvaient pas. Pas parce qu'ils étaient tétanisés, non. Ils n'avaient pas changés d'avis, ils ne croyaient toujours pas aux fantômes (sauf Chansung peut-être, parce qu'il arborait une jolie face de gars apeuré). Mais ils ne faisaient aucun mouvement parce qu'ils ne voyaient tout simplement rien. La lumière que procuraient les petites lampes installées sur les caméras n'étaient pas suffisantes pour éclairer la pièce, d'autant plus que celle-ci, même s'ils ne voyaient que dalle, ils savaient qu'elle devait être grande. Elles servaient juste à éclairer le visage des garçons lorsque les appareils étaient pointés sur eux pour que les spectateurs puissent les voir, et éventuellement à leurs éviter de trébucher sur quelque chose en éclairant le sol. C'était assez embêtant. Comment allaient-ils faire pour filmer et les garçons et l'endroit ? Car même si l'émission était principalement axée sur les beaux gosses, la maison hantée était un sujet que passionnaient beaucoup de jeunes.
Sans lampes de poches, ils étaient mal. Car oui, Wooyoung s'était retourné vers le staff et leur avait demandé s'ils avaient penser au matériel. Et il n'avait reçu que des quintes de toux en guise de réponse. En gros, ils avaient oubliés de ramener le principal. Enfin, ce qu'il fallait pour s'aventurer dans un tel endroit en pleine nuit du moins, car le principal, était là, puisque c'étaient eux.
Toujours coincés à l'entrée, ils demandaient s'ils allaient continuer ou rebrousser chemin, car sans lumière, c'était dangereux, et bien que le patron soit en manque de sensations fortes, il était hors de question que les garçons aillent se vautrer sur le sol, se couper avec quelque chose de rouillé ou se prendre un plafond sur la tête ou encore passer au travers d'un plancher. Il n'avait qu'à venir lui-même !
Tous à leurs réflexions, certains priant pour repartir, un petit brun, à l'arrière du groupe, se fit remarquer : Wooyoung poussa un petit cri de victoire, heureux d'avoir eu une idée, ignorant au passage qu'il avait failli envoyer plusieurs personnes à l'hôpital pour arrêt cardiaque, et agita son portable en l'air.
Tout le monde se demanda alors pourquoi il était tout content de balancer son téléphone. Ce à quoi il répondit qu'ils devaient utiliser les leurs pour en faire des lampes de poches. Ils étaient grands et assez lumineux pour éclairer devant eux et leur éviter de se prendre un mur ou une porte.
Junsu le maudit. Il se voyait déjà faire demi-tour car le niveau de danger était bien trop élevé pour qu'ils puissent s'aventurer plus profondément sans lumière et voilà que l'autre petit singe venait d'avoir une illumination.
À contre cœur, fusillant du regard son ami, qui ne le voyait pas, encore tout fier de son idée de génie, il sorti le sien et soupira. En plus, son téléphone avait la batterie chargée à bloc ! Quelle poisse !
Ils avancèrent donc, lentement, toujours serrés. Jaebom était à l'avant du groupe, suivit de très par Taecyon, lequel avait posé une main sur l'épaule de celui que tout le monde considérait comme étant le nain de la bande, derrière, Junho et Chansung, le cadet avait décidé qu'il ne décrocherait pas ses doigts du bras du sosie de Rain. D'ailleurs, celui-ci avait fini par perdre son joli sourire à force de sentir les ongles de son camarade lui pénétrer la peau. Encore un peu et il lui mettrait une tarte.
Et pour fermer la marche, Junsu, grommelant dans sa barbe, Wooyoung, tout sourire, excité de voir ce que cachait cette fameuse maison, à part une histoire à faire peur aux enfants, et un Nichkhun souriant de voir son ami tout heureux comme un gosse, le retenant malgré tout par le bas de son pull pour que celui-ci n'aille pas se planter là où ce n'était pas éclairer. Le petit brun était du genre à sautiller un peu partout quand il avait des poussées d'adrénaline.
Quant au staff, il était éparpillé, mais proche du groupe. Eux aussi ne pouvaient pas se promener où bon leur semblait, ils n'avaient qu'un téléphone, et même si cela leur permettait d'avancer, pas à pas, ils ne pouvaient quand même pas aller plus loin ou plus vite. Puis de toute manière, ils étaient obligés de rester près des garçons, c'était leur boulot.
Les caméramans étaient eux aussi très prudent, ils filmaient les garçons et eux-mêmes les prévenaient lorsqu'ils voyaient un obstacle a leurs pieds, histoire qu'ils ne se cassent pas la figure. Ils filmaient à reculons et n'avaient pas, forcément, d'yeux dans le dos pour voir où ils mettaient les talons. C'était tout un travail d'équipe, même si Junsu, lui, se disait que si l'un d'eux, surtout une des caméras, venait à se briser, ce serait une bonne raison pour partir. Il ne souhaitait pas que quelqu'un se fasse mal, loin de là, il pouvait être mauvais, mais pas méchant, mais juste qu'un appareil soit en panne et ce serait suffisant pour retourner en ville.
Mais c'était compter sur la chance et, remarqua-t-il, celle-ci se faisait plutôt absente...

Ils étaient maintenant au centre de la pièce, d'après ce qu'ils pouvaient voir grâce à leurs portables et ils avaient eu confirmation que celle-ci était immense.

Alors ? Par quoi commencer ? Par quelle pièce ? Ils se concertaient calmement pour savoir ce qu'ils allaient visiter en premier, et un cri, celui d'une jeune femme, se fit entendre à l'entrée. Apparemment, elle n'avait pas suivit le groupe.
Seulement, elle n'était plus là. Elle était dehors, sur l'herbe, allongée sur le dos, gémissant de douleur.
Le staff et les garçons furent surpris, effrayé pour Chansung, de la voir là alors que la seconde d'avant elle était à l'intérieur, sur ses pieds.
Il n'y avait qu'une explication : elle savait voler et avait raté son atterrissage !
Blague à part, la jeune femme avait volé dans les airs et s'était retrouvée sur le sol, mais comment ? Par qui ? Pourquoi ?
Bien évidemment, personne ne resta sur place, ils s'étaient précipités vers l'entrée afin d'aider la pauvre malheureuse à se relever (parce que là, elle semblait souffrir sérieusement), mais les deux grosses portes que Jaebom et Taecyon avaient eu du mal à ouvrir tout à l'heure se fermèrent dans un grand fracas, soufflant la poussière du plancher à leurs yeux. Ils grimacèrent de douleur et se frottèrent les paupières. C'était douloureux.
Les autres, stressés, apeurés, en panique pour Chansung, entouraient les deux blessés légers. Nichkhun vérifiait les yeux de Taecyon qui râlait comme un pou, et Wooyoung s'occupait du leader. C'était automatique, le staff, prévu pour ça en partie, pour s'occuper des garçons, n'avait pas eu le temps de bouger le petit doigt qu'il s'était fait devancé par les deux jeunes chanteurs.
L'amour fraternel, sans doute...
Deux caméras filmaient le groupe et la troisième était pointé sur les portes fermées. Deux personnes se trouvaient à la porte, essayant de l'ouvrir. Mais rien, elles étaient bloquées.
À l'extérieur, ils ne savaient pas si la jeune femme était en danger ou si elle avait réussi à se relever, elle ne répondait pas à leurs appels.
Junsu, qui, il devait l'avouer, avait eu peur, parce que bon, l'air de rien, si c'était des effets spéciaux, si tout ça n'était qu'une farce, que le staff était au courant, il avait eu les boules.
C'était bien fait, les gens étaient de bons comédiens.
Mais il n'y croyait toujours pas ! Non ! Il était plus que convaincu que tout était calculé. Comme toujours. Comme toutes les émissions.
Bien, analysons la situation : Un membre du staff était sur la pelouse, à la belle étoile, le leader et le géant de Boston étaient blessés légèrement, Chansung était au bord de l'infarctus, Junsu était toujours sceptique, et s'attendait à la prochaine « blague », Wooyoung se faisait gronder par Nichkun parce qu'il avait marcher sur son pied et les caméramans filmaient les alentours et les réactions de tout le monde.
Ils avaient aussi peur, mais ils avaient encore plus peur de la réaction de leur boss s'ils ne finissaient pas cette émission.
Alors, qu'est-ce qu'il s'était passé ? Tout le monde se posait la même question, et il eut pas mal de réponses différentes. Wooyoung pensait que c'était un trucage, se rangeant aux côtés de Junsu qui lui aussi pensait la même chose, Junho était partagé, il ne croyait pas qu'un fantôme soit derrière tout ça, mais il ne pouvait pas non plus dire que c'était de la comédie. La jeune femme semblait réellement souffrir. Ce à quoi répondirent le petit brun et le leader vocal, qu'il devait s'agir d'une cascadeuse, mais la réponse ne réussit pas à convaincre Rainy.
Chansung ne disait rien, il regardait tout autour de lui, s'attendant à une nouvelle « attaque ». Il n'y avait que lui pour croire sérieusement que ce qu'il s'était passé n'était pas l'œuvre de l'homme mais de quelque chose...
Nichkhun, lui, se fichait pas mal de savoir de qui ou quoi, il s'inquiétait pour la jeune femme, car même si cela avait été fait exprès, il était persuadé qu'elle avait mal et il n'aimait pas qu'on blesse, volontairement ou pas, une femme.
Jaebom était d'accord avec le thaïlandais et le sosie de Bi, car si tout ça avait été une blague, il ne serait pas là à souffrir, les yeux gonflés et rouges Ils auraient couper l'émission et se seraient empresser de les soigner. Ils n'allait sûrement pas les laisser là, dans cet état, juste pour une émission...
A moins que le boss pousse le bouchon plus loin cette fois ? Qu'il ose les faire souffrir pour plus d'audience ? Pour faire monter leur côte de popularité ? En les faisant souffrir ?
Non... il pouvait être bizarre mais pas louche à ce point. Ils auraient pu avoir un morceau de verre ou de bois dans l'œil et devenir aveugle pour le reste de leur vie. A moins que ça aussi, c'était calculé ?
Ils en doutaient, ils n'allaient quand même pas sortir les effets spéciaux à l'américaine juste pour une petite émission pour ados.
Donc, oui, il y avait beaucoup de chance pour que cela ne soit pas dans le scénario... Et là, Junsu devint blême.
Toutes ses croyances, ses certitudes, tombaient à l'eau, en même temps que celles de Wooyoung, qui, peureux, s'était réfugié auprès de Nichkhun, qui avait instinctivement refermé ses bras autour de lui.
Le cadet du groupe se dirigea alors vers la porte, d'un pas pressé. Il voulait partir. Il avait les larmes aux yeux. Ils ne pouvaient pas le garder ici, il ne voulait pas venir, lui, à la base. Il essaya d'ouvrir les portes et malgré sa force d'ours des montagnes, rien ne bougea, même pas d'un millimètre.
Il posa son front contre elle et serra les poings. À l'arrière, personne n'osait la ramener, ils n'avaient jamais vu le magnae s'énerver, avoir peur, ils l'avaient déjà vu pleurer plus d'une fois, mais jamais ils ne l'avaient vu dans cet état là et ne savaient pas trop si l'approcher était une bonne idée.
Tous tournés vers le grand brun, personne ne vit un des caméramans disparaître à l'arrière, laissant sa caméra se fracasser sur le sol.
Ils sursautèrent tous au bruit et se retournèrent. Ils ne virent que la machine, en piteux états, la lumière ne fonctionnait désormais plus, mais plus de trace de l'homme.
Ils levèrent la tête. Rien. Ils regardèrent partout, les téléphones passant d'un côté à l'autre rapidement, repassant plusieurs fois sur le même chemin. Ils crièrent après, l'appelant par son prénom, oubliant les formules de politesse. Les autres caméras filmaient les alentours, oubliant eux aussi les garçons, oubliant leurs objectifs premiers. Le staff savait que ce n'était pas une blague, si cela l'avait été, ils feinteraient, ils joueraient les innocents, ils filmeraient la réaction des chanteurs, mais ce n'était pas du tout le cas, ils n'avaient rien préparé avant de venir, et de ce fait, se fichaient pas mal de filmer les chanteurs, car un membre de l'équipe avait disparu étrangement et violemment.

Assit sur le sol, adossé à la porte, le visage tourné vers les escaliers, les yeux grand ouvert, Chansung pleurait, tremblait, il n'arrivait pas à articuler, il pointait du doigt quelque chose...

Et cette chose flottait... elle descendait les escaliers...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionsfrancaise.forumactif.com
Shu
Admin
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 29/03/2010
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Vrai ou Faux : 8 chapitres en ligne ! 26 mars 2010   Lun 29 Mar - 15:31

Chapitre III : Général Hwang craque son slip ! (désolée pour le cassage d'ambiance, mais bon... on ne se refait pas... xD)

Assit sur le sol, adossé à la porte, le visage tourné vers les escaliers, les yeux grand ouvert, Chansung pleurait, tremblait, il n'arrivait pas à articuler, il pointait du doigt quelque chose...

Et cette chose flottait... elle descendait les escaliers...

“JE VEUX SORTIR, BORDEL ! JE VEUX PARTIR ! LAISSEZ-MOI SORTIR D'ICI, JE VOUS EN PRIE. LAISSEZ-MOI !”

Chansung s'était relevé violemment et tambourinait à présent les immenses portes poussièreuses. Il donnait des coups de poings jusqu'à sang, des coups de pieds, il tirait sur les poignées et continuait de hurler, de supplier de sortir. Son visage était baigné par les larmes et son corps tremblait comme une essoreuse.

Il n'avait jamais eu aussi peur de toute sa vie. Jamais. Il maudissait Park J.Young. Il le haissait de toutes ses forces et de toute son âme, pour lui faire subir une telle torutre, un tel supplice, un enfer, à lui et à ses amis. Il se jura d'aller lui dire deux mots s'il sortait de ce manoir. Il était même prêt à quitter le groupe si cela pouvait lui éviter de vivre de telles choses. Si être une idole rimait avec être traumatisé à vie, il préférait retomber dans l'anonymat. Là, il était sûr qu'on ne l'enverrait pas dans une maison hantée avec de vrais fantômes.

Ne sentant plus ses mains, il en profita pour jeter un oeil derrière lui et constata, à son grand malheur que la chose se rapprochait encore. Lentement, mais sûrement. Elle ne le quittait pas de ses yeux noirs.
Le cadet redoubla d'effort, hurla jusqu'à ce que ses cordes vocales làchent, il donna des coups de talons car ses mains étaient trop blessés pour qu'ils puissent encore frapper sur les portes. Mais rien. Elles ne bougèrent pas d'un millimètre.

Il sursauta alors. Du coin de l'oeil, il avait aperç quelque chose... De l'autre côté de la pièce, sur la gauche, il voyait quelqu'un. Un deuxième fantôme. C'était un enfant. La gorge semblait avoir été tranchée. Il avait les cheveux noirs, les yeux entièrement noir également. Il était pieds nus, portait une robe de chambre. Il ne le regardait pas contrairement à l'autre qui ne cessait de le fixer et de rapprocher de lui. Il sembait s'intéresser à quelqu'un d'autre. Chansung poussa un cri de surprise lorsqu'il réalisa qui était sa cible.

“JUNHO ! Hurla-t-il en se précipitant vers son ami.”

Le sosie de Rain sursauta à son tour. Le jeune homme l'attrapa par le poignet et le tira avec lui jusqu'aux portes.

“Qu'est-ce qu'il y a ? s'inquièta-t-il en sentant les tremblements de son ami.”
“Là !”

Il pointait du doigt l'endroit où il avait vu l'apparition. Et il fronça les sourcils. Il n'y était plus. Il regarda de l'autre côté, là, où son fantôme était apparu, mais il avait aussi disparu. Chansung ne comprenait plus rien. Deux secondes auparavant, ils étaient là, à les fixer de leurs orbites sombres et maintenant, il n'y avait plus personne.
Etait-il devenu fou ? Son esprit lui jouait-il des tours ? Il passa une main dans ses cheveux et soupira. Ce n'était pas normal. Rien n'était normal, mais ça, c'était encore pire. Il les avais vu. Ils étaient réels, même s'il aurait préféré que ce ne soit que son imagination, il les avaient malheureusement bien vu de ses propres yeux. Mais pourquoi étaient-ils partis ?
Est-ce parce que Junho était près de lui ? Sa présence les faisait fuir ?

“Ils... Ils étaient là... Il y a deux secondes... murmurait-il.”

Junho avait beau regardé tous les coins que lui avait désigné son ami, mais il n'y voyait rien. Il l'interrogea.

Soudain, Chansung devint blanc comme un linge. Son corps se pétrifia sur place. Il tendit le bras dans la direction du petit brun. Il baffouilla. Des larmes se mirent à couler de nouveau sur ses joues.

Rainy fronça les sourcils et se retourna.

Qu'est-ce qui pouvait lui faire autant peur ?

“AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHH, hurla-t-il avant de faire un bond en arrière.”

Il fit tomber le maknae et se retrouva sur les cuisses de celui-ci. Dans d'autres circonstences, le plus grand aurait profité de ce moment, mais là...

Le grand brun frissonna. Il tourna la tète vit le visage du fantôme des escaliers, à quelques centimètres du sien...


____________________________________________


CHAPITRE IV : Une histoire de fusée... (j'vous fais un one-shot de votre choix si vous trouvez le rapport entre ce titre et le chapitre. XD)

Junho ferma les yeux.

« Ce n'est pas réel. Ce n'est pas possible. Ils n'existent pas. Les fantômes n'existent pas... »

Il hurla de nouveau lorsqu'il vit le petit garçon à genoux, à quelques centimètres de lui, les bras se tendant lentement vers lui, comme pour l'attraper.
Ses orbites noires le fixaient. Il ouvrit la bouche et un liquide sombre s'écoula. Le chanteur tremblait de tout son être, il aurait voulu se lever et courir loin, mais il n'arrivait plus à bouger. Son corps refusait de l'écouter.
Le fantôme posa alors les mains sur le cou du jeune homme et serra tout doucement, coupant peu à peu sa respiration.
Rainy suffoquait. Sa vue se troublait, la tête lui tournait. Il allait s'évanouir. Peut-être allait-il même mourir, là, maintenant...

De son côté, Chansung n'en menait pas large non plus. En voyant l'apparition à quelques millimètres de son visage, il s'était affolé et avait fait valsé son ami sur le côté, le laissant aux prises avec son spectre personnel.
Il avait reculé, toujours sur ses fesses, mais n'était pas allé bien loin. Elle avait attrapé ses poignets, le faisant hurler à la mort, et l'empêchait désormais de faire d'autre mouvement. Elle serrait très fort, tellement fort qu'il pleurait, non plus de peur, mais de douleur. Il avait l'impression qu'elle tentait de lui briser les os, ou peut-être même de lui arracher les mains.

Du coin de l'oeil, il vit Junho se faire étrangler par le gosse à la gorge tranchée. Son coeur se serra. Ce qu'il voyait lui faisait encore plus mal que ce qu'il ressentait à ses poignets. Il se fichait presque de savoir qu'elle lui broyait les os, qu'elle lui écrasait la chair, qu'elle éclatait toutes les veines, le garçon dont il était amoureux était entrain d'étouffer, là, juste à quelques centimètres de lui.

Il le voyait partir.

« Pitié... Pitité... Laissez-le... » pleura-t-il, les yeux posés sur le visage presque sans vie du brun.

**

Le caméraman était toujours porté disparu.

Si les deux américains n'avaient pas été blessés, tout le monde aurait pu croire que cela faisait partie de l'émission, que c'était fait exprès, calculé.
Mais comme ils souffraient réellement, ils en déduisaient que la disparition du jeune homme n'était pas prévue. Si cela n'avait été qu'une mascarade, ils seraient déjà entrain de se faire soigner, alors que là... si Taecyon pouvait aller pleurer dans un coin tellement il avait mal, il le ferait. Mais il faisait trop noir et apparemment, l'endroit n'était pas si safe que ça...
En plus, vu la réaction du staff, cela ne pouvait vraiment pas être une blague. Ils avaient coupés les caméras, gardant les loupiotes malgré tout, et avaient hurler après leur collègue, l'appelant par le prénom.
Ils se fichaient pas mal de savoir ce qu'allaient penser les garçons, ils étaient inquiets et voulaient revoir leur collègue. Au diable les formules de politesse et la bonne tenue.
Ils se foutaient pas mal également de savoir que l'émission n'allait pas être tournée, la vie de leur ami était peut-être en danger. Et si le patron avait un quelconque commentaire à faire là-dessus, il aurait intérêt à faire gaffe à son cul. Ils étaient très obéissant, très polis, bien éduqués, mais quand il s'agissait de la santé d'un des leurs, ils sortaient les griffes.

Après une bonne dizaine de minutes à l'appeler, ils cessèrent, fatigués et inquiets. Le calme régnait à présent. Un silence désagréable, lourd, stressant...

Jaybom était assit sur le sol, il avait mal aux yeux. Il voulait frotter. Mais dès qu'il levait les mains en direction de son visage, Wooyoung lui tapait sur les doigts. Il lui fit tout un serment, le menaçant au passage, sur le fait qu'il ne fallait pas y toucher sinon ça allait empirer et que peut-être même il allait devenir aveugle.
Le petit brun s'était, comme d'habitude, emballer, partant dans des scénarios tous aussi fantastique les uns que les autres.
À l'aveuglette, mais touchant néanmoins sa cible, le leader lui mis une petite tape sur la tête, lui soupirant qu'il parlait beaucoup trop.
Cela fit rire le Ssanti dancer et l'atmosphère, toujours aussi lourde, s'allégea tout de même un peu.

Taecyon était assit également, pas très loin du plus vieux des membres. Jamais loin, d'ailleurs. Il en avait marre. Il voulait sortir. Rentrer à l'appartement - se faire soigner accessoirement - prendre une douche, manger un hamburger et se coucher.
Et dire qu'il était enjoué en arrivant ici...
Il se méfierait la prochaine fois que le patron aurait une envie folle de sensations fortes. Il ne se laisserait plus avoir.

Le thaïlandais était debout, il gardait un oeil sur son petit protégé surexcité. Il se demandait s'il réalisait qu'une personne avait disparue de façon étrange. Sans explications plausibles.
Il en doutait. Il rigolait, il se comportait normalement, pas inquiet du tout.
Ce n'était peut-être pas plus mal, en fait. A quoi bon cela servirait-il qu'il soit affolé ? A rien, certainement. De plus, il n'apprécierait sûrement pas de voir son petit trésor effrayé.

Finalement, c'était bien qu'il ne comprenne rien à la situation. Il y avait déjà bien assez de personne inquiètes, une de plus n'était pas nécessaire, et encore moins s'il s'agissait de son « ang an g » personnel.

Il ferma les yeux et pria. Pas pour lui, il s'en fichait, il passait après les autres, mais pour son petit brun, pour ses amis, pour le staff, pour le jeune homme perdu quelque part dans le manoir et même pour la jeune femme dehors... A cette pensée, il ouvrit les yeux et fixa la porte.

« Dites. Vous ne trouvez pas ça bizarre que la jeune femme de tout à l'heure ne se fasse pas entendre ? Enfin.. Je veux dire... il me semble qu'elle ne s'était pas évanouie. Elle aurait dû appeler la police, les pompiers, l'ambulance, le boss... toute la cavalerie, non ? »

Wooyong se redressa.

« Ouais... Si tout ça n'est pas calculé, elle aurait dû appeler quelqu'un pour nous sortir de là, or... on a plus de nouvelles d'elle depuis un petit moment. »

L'enquête avait commencé.

« Seulement... On ne peut pas dire que tout ça ait été monté, on ne serait pas entrain de souffrir si c'était le cas, n'est-ce pas ? »

Le géant de Boston marquait un point.

« Elle s'est peut-être évanouie sur la pelouse, suite à ses blessures. Après tout, on ne sait pas ce qu'elle a eu. Et elle ne s'est pas réveillée à cause de nos cris parce que les portes sont trop épaisses pour laisser filtrer le moindre son... Je ne vois pas d'autres explications. »

Junsu ne disait pas tout. Il y avait une autre possibilité, mais il s'obstinait à ne pas croire à ces choses. Il ne voulait pas.

Pourtant, il devait bien se l'avouer... Cette jeune femme avait peut-être elle aussi disparu comme le caméraman.

Le staff se releva soudainement, coupant court à l'investigation qui venait de débuter.

« Nous allons aller le chercher. »

Jay se redressa, se faisant aider par Taecyon, qui contrairement à son leader, avait recouvert la vue malgré la douleur persistante. Wooyoung, Nichkhun et Junsu haussèrent un sourcil.

« Mais c'est dangereux. Vous avez bien vu, non ? On vient justement de parler de la jeune femme qui s'est fait éjecter violemment. Et vous nous dites que vous voulez aller vous aventurer à l'intérieur ? »

Un jeune homme acquiesça, l'air déterminé.

« C'est de la folie ! »

Le thaïlandais rectifia durement.

« De la connerie ou de la stupidité à la limite, mais pas de la folie. Vous êtes suicidaires ? »

Junsu posa une main sur l'épaule du châtain et lui demanda de se calmer. S'énerver, se disputer, n'arrangerait pas plus les choses.

« Et rester sur place c'est mieux, peut-être ? On attend quoi au juste ? Qu'un miracle se fasse ? Qu'on vienne arracher le toit ou faire exploser la porte d'entrée ? »

Personne ne répondait.

Il avait raison, dans un sens. Qu'est-ce qu'ils attendaient, là ? Qu'un autre se fasse enlevé ? Que quelqu'un vienne les secourir ? Mais est-ce que seulement quelqu'un savait qu'ils étaient en danger ? Bien sûr que quelqu'un viendrait, mais quand ? Sûrement trop tard. Quand tout le monde aurait disparu.

Et si c'était pour disparaître, autant faire quelque chose en attendant, et chercher après leur collègue était mieux que d'attendre que quelque chose les fassent disparaître.

Décidés, ils tournèrent les talons, leurs caméras sur les épaules en guise de lampe de poche. Ils s'engouffrèrent dans une pièce sur la droite.

Les garçons étaient seul désormais, avec pour seules lumières, leurs portables. Du moins ce qu'il restait. La moitié des téléphones étaient éteints car plus de batterie.

« Bon... Puisqu'ils sont partis... J'espère que ça ira pour eux.... Nous, on va se regrouper et pas bouger d'un poil, hein ? On va gentiment attendre qu'ils reviennent avec leur pote et que les secours arrivent. »

Jay, aggripé à Taecyon, lui demanda où se trouvaient les autres. Le géant lui expliqua alors la position de chacun des membres.

« Chansung ? Junho ? »

Les autres semblaient réalisés avec étonnement qu'ils manquaient le cadet et le sosie.

« Euh... je pensais qu'ils étaient avec nous. J'avoue ne pas avoir fait attention avec tout ce remue ménage. » expliqua Wooyoung qui regardait partout, avec le peu de lumière que lui offrait son téléphone.

« Là ! » hurla-t-il, faisant sursauté les autres.

« Pourquoi tu gueules ? Tu crois pas qu'on a eu notre dose ? » pesta Junsu qui sentait son coeur rater des battements toutes les trois secondes.

« Comment peuvent-ils dormir dans un moment pareil ? On a pas arrêter de crier et ils arrivent à faire une sieste ?! » ajouta-t-il.

Le leader vocal était un peu, beaucoup, vexé de voir que le benjamin du groupe et Rainy dormaient paisiblement alors que la situation était passé en mode « Houston nous avons un problème ».

Le petit vieux demanda à ce qu'on les ramène près d'eux, il voulait le groupe au complet. Pas que cela lui assurait une quelconque sécurité, mais les savoir près d'eux, le rassurait. Il avait besoin de les sentir, de les entendre près de lui.

« Réveillez-les en douceur quand même. »

Et il s'adressait à Junsu car celui-ci était bien parti pour les secouer.

Wooyoung resta près de Jay, pour être sûr qu'il ne touche pas à ses yeux, d'abord, et parce que les autres n'avaient pas besoin d'être à quinze pour ramener les endormis ici.

Nichkhun grommela un peu. Jaloux. Son petit hamster était aux petits soins l'air de rien, avec leur leader.

**

Taecyon et Junsu furent donc les préposés au rapatriement des marmottes.

Le cadet était adossé à la porte, les bras le long du corps, les paumes tournées vers le haut. Ses poignets étaient sombres. Ils semblaient même trop fin pour que cela soit normal. Comme si on avait serrer quelque chose autour jusqu'à ce que le diamètre ne fasse plus que quelques petits centimètres. Junho, était aussi adossé, juste à côté de son ami, les mains à l'intérieur de ses cuisses. La tête posée sur l'épaule du grand brun. Son coup était noir, comme un collier qu'on aurait trop serré au point qu'on en voit les marques...

Dormaient-ils vraiment ?


________________________________________________


Chapitre VI : Docteur green est dans la place ! (encore une fois, trouvez le rapport entre le titre et le chapitre ! xD)


« Huh ! »

Junho ouvrit grands les yeux. Il avait senti quelque chose. À son pied.

« Qu'est-ce qu'il y a ? » paniqua aussitôt le grand brun.

« J'en... j'en sais rien. J'ai... on m'a touché. »

Ils se regardèrent dans les yeux, effrayés, affolés.

Ça recommençait...

Il ignorait ce qu'il s'était passé, pourquoi il avait sentit cette pression contre son pied, d'où elle venait et par qui ou quoi avait-elle était faite, mais il était certain d'une chose : Il allait finir par se pisser dessus à force d'avoir peur.

Dos à dos, ils attendaient, tremblant de la tête aux pieds. Ils savaient que ça allait arriver. Ils ne savaient juste pas par où, comment ça allait leur tomber dessus, ni ce que ça allait être, mais ils étaient sûr que ça n'allait pas tarder à se pointer.

Et ils avaient raison.

Là, dans le fond, une forme apparut. Ils ne distinguaient pas encore ce que ça pouvait être, c'était trop loin, trop flou, mais translucide, et ça bougeait beaucoup trop pour qu'ils puissent mettre un nom dessus - enfin, ils savaient que c'était un fantôme, ce qui ne les soulageait en rien - mais quoi ? Qui ? Pourquoi ? Aucune idée pour l'instant.
Ils savaient par contre qu'ils étaient à la limite de l'évanouissement. Ils avait peur comme jamais. Ce qui se créait à quelques mètres d'eux n'avait plus rien à voir avec ce qu'ils avaient dû affronté tout à l'heure. Même s'ils ne voyaient toujours pas de quoi il s'agissait, ils étaient certains que leurs deux petits fantômes ne valaient rien à côté de ce qui les attendait.

Junho tout comme son compagnon, avait les larmes aux yeux. Est-ce que c'était leur fin ? Est-ce que cette chose était là pour terminer le travail des deux autres ? Allait-il les faire souffrir avant de leur arracher la vie ? En tout cas, il était clair qu'il n'était pas là pour leur venir en aide.

Que faire ? Ils ne pouvaient pas s'enfuir. Ils étaient sûr que s'ils essayaient, cette chose allait les attraper et les claquer contre le mur. Mais rester sur place n'était pas non plus une bonne idée. Se défendre, alors ? Comment ? Avec quoi ? Avec leurs petits poings ? Contre ça ? Contre quelque chose de non matériel ? Chansung avait peut-être pu faire disparaître le môme et la fille à grand coup de talon, mais il était entré dans une rage folle, voyanson ami mourir peu à peu. Ici, il n'allait pas attendre que cette chose s'en prenne à Junho pour pouvoir entrer de nouveau dans une folie furieuse pour taper sur le fantôme. De plus, qui dit qu'il lui ferait quelque chose ? Il ne préférait pas tester.
Ils ne pouvaient rien faire contre ça, si ce n'est qu'attendre un miracle ou accepter de mourir.

La main de Junho glissa alors dans celle de Chansung. Ils enlacèrent leurs doigts et serrèrent très fort.

Que pouvaient-ils faire d'autre ?

Le fantôme, qui, dans une autre vie avait dû être un homme, n'était plus qu'un monstre difforme à présent. Ses yeux, enfin, ses orbites, totalement noir, dégoulinaient d'un liquide sombre. Du sang ? Autre chose ? Les garçons l'ignoraient et s'en foutaient, c'était dégueulasse de toute façon. Son nez n'était représenté que par deux trous, comme s'il avait été arraché, sa bouche... sa gueule plutôt, n'avait plus de lèvres, il n'y avait que des dents... pointues, cassées, de travers. C'était vraiment horrible à voir. Pas de cheveux, pas d'oreilles... il était tordu, énorme, avec de gros bras, de grosses mains aux longs doigts griffus.

Il aurait parfaitement pu jouer dans un film d'horreur, il avait le physique parfait.

Les garçons tremblaient toujours autant. Et apparemment, ils n'étaient pas prêts de s'arrêter. Ils étaient même sûrs qu'une fois sortis, s'ils sortaient, et ce, vivant, d'ici, ils continueraient de trembler. Les doigts enlacés, serrés à s'en faire péter les phalanges, il fermèrent les yeux, fort, et prièrent. Ils pleuraient aussi. Ils pensaient à tout ce qu'ils avaient vécus, à ce qu'ils ne pourraient plus faire, à leurs familles, leurs amis, à tout le monde.
C'était le moment « je vois ma vie défiler devant mes yeux car ma fin est proche. ».

Quant au « monstre », désormais à un mètre d'eux, il leva ses grosses pattes et attrapa les deux jeunes hommes par le cou. Il les souleva du sol d'une bonne vingtaines de centimètres et serra tout doucement la gorge, enfonçant ses ongles sales dans la peau des deux chanteurs. Ils n'avaient pas eu le temps d'épeler le mot « S.O.S »qu'ils pédalaient dans le vide maintenant.

« C'est reparti... » articula difficilement, Junho.

Alors ils gigotaient, ils frappaient dans le vent, leurs pieds s'entrechoquaient par moment, leurs mains aussi, puisqu'ils ne pouvaient pas toucher l'apparition, ils essayaient de se défaire de l'emprise de leur bourreau, mais plus le temps passait, moins de force ils avaient, car moins d'air pour respirer.

Ils s'affaiblissaient, la tête leur tournait, ils avaient des picotements, leurs mouvements diminuaient...

Ils allaient crever, cette fois.

C'est alors qu'ils pensaient qu'ils vivaient leurs derniers instants, que Junho senti de nouveau qu'on touchait à son pied, qu'on le bougeait.
Qu'on lui marchait carrément dessus.
Il tenta de jeter un coup d'oeil vers le bas mais n'eut pas le temps, ses yeux se fermèrent et il sombra dans un noir total...
Chansung n'avait rien vu de tout ça, lui aussi prenait le même chemin que son compagnon.

La chose aux formes douteuses tenait entre ses pattes, deux corps inconscients. Et bientôt sans vie s'il continuait de serrer.

Mais quelque chose attira son attention. Il y avait du mouvement devant lui. Il fit quelques pas en avant, ballotant les pauvres garçons évanouis. Il eut comme des étincelles. Il ne broncha pas, comme s'il était habitué à ce genre de truc. Il continua d'avancer.

Et il se trouva dans une autre pièce...

Devant lui, à quelques mètres, il y avait un autre fantôme, dans le même genre que lui, mais plus imposant.

Il grogna.

**

Junsu poussa un cri et se retrouva sur les fesses. Il jeta un oeil rapide à Junho et constat que celui-ci n'avait rien senti. Le leader vocal fronça les sourcils. Il venait quand même de lui marcher sur la jambe, là, et il n'avait eu aucune réaction. Il était certain que lui-même, il aurait ouvert les yeux et auraient hurler sur l'autre. Alors pourquoi n'avait-il pas broncher ? Même pas un petit froncement de sourcils ou un grognement, pour dire qu'il avait senti quelque chose.
Ce n'était pas normal.
Il regarda alors la poitrine, il voulait s'assurer que celle-ci se soulevait et se rabaissait.

« Les mecs ! Junho ne respire plus ! » paniqua-t-il, zappant entièrement le gros danger qui se rappliquait lentement mais sûrement de l'autre côté de l'immense pièce.

Taecyon se retourna, arrêtant de hurler – pas que c'était désagréable, mais au bout de dix minutes, tout le monde, le fantôme y compris, devaient en avoir un peu marre d'entendre le même son – et se jeta sur le petit brun. Il l'attrapa par les épaules et le secoua, lui gueulant dessus pour qu'il se réveille. Ne voyant toujours aucune réaction, lui mis des claques sur chaque joue.
Il plaça ensuite ses mains, doigts croisés, sur son torse, et appuya toutes les trois secondes. Il lui faisait un massage cardiaque.
Il n'avait pas de formation de secouriste, mais les rares films qu'il avait pu voir, lui avait apprit à réanimer quelqu'un.

Junsu s'était relevé et vérifiait l'état de Chansung, juste à côté, et murmura, la gorge nouée.

« Lui aussi ne respire plus... »

Il se fit violemment poussé par Taecyon qui refit les mêmes mouvements sur le plus grand.

« Jay ! » hurla-t-il sans se retourner.

Le leader sursauta, se reconnectant au monde réel. Il se leva et vint s'agenouiller à côté du géant de Boston.
Il l'interrogea du regard.

« Du bouche à bouche ! Maintenant ! Junsu, tu t'occupes de le masser au niveau du coeur. »

Il donna ses directives, oubliant complètement le fantôme qui, étrangement, s'était arrêté de bouger, regardant dans une direction autre que celle où se trouvaient les garçons.

Taecyon appela les deux derniers. Wooyoung et Nickhun les rejoignirent rapidement. Ils ne savaient pas trop ce qu'ils s'étaient passés. Ils avaient les yeux braqués sur la créature, assez loin du reste du groupe.

Wooyoung paniqua quand il vit ce que les autres faisaient. Le thaillandais tentait de le calmer, mais il avait beaucoup de mal car lui-même avait des difficultés à se retenir de se jeter sur les deux inconscients. Le grand américain attrapa le bras de Nichkhun et l'obligea à se retrouver à genoux aux côtés de Junho. Il lui prit les mains et les posa sur le torste inerte du brun. Il lui ordonna d'appuyer toutes les trois secondes tandis que lui donnait de l'air par voie orale. Il ne restait que Woo, les larmes aux yeux, priant pour que ses amis reviennent à la vie.

A l'autre bout, le spectre géant s'était retourné et faisait face à une autre créature du même genre que lui, mais plus petite néanmoins. Celle-ci tenait deux corps inconscients.

Un hurlement de rage, inhumain, loin d'être animal, mais juste horrible, se fit entendre, faisant sursauté les garçons. Ils s'arrêtèrent et se retournèrent d'un même geste.

Il restèrent figés, les yeux grands ouvert.

Là-bas, cette chose, elle tenait leurs deux amis.

Junsu se retourna alors vers Chansung et poussa un cri de surprise lorsqu'il vit qu'il n'y avait plus rien.

« C'est quoi ce bordel ? » demanda Nichkhun.

Junho avait également disparu.

Alors, leurs deux amis étaient dans les pattes de ce fantôme ? Mais comment pouvaient-ils être là alors que deux secondes auparavant, ils étaient juste sur le sol ?
Ils ne comprenaient rien du tout, mais ne prirent pas le temps de se pencher sur la question. Ils se levèrent.

Que devaient-ils faire ? Se lancer sur cette chose et tenter de récupérer leurs copains ? Attendre de voir ce que l'autre énorme fantôme allait faire ? Car d'après ce qu'ils voyaient, celui-ci semblait en rage, prêt à sauter sur le plus petit spectre. Mais si ils le laissait faire, ils perdraient sans doute définitvement leurs amis.

Quoi qu'il en soit, il fallait trouver une solution et vite. La vie des deux autres en dépendait.

C'est alors que Wooyoung s'évanouit, s'écroulant sur le sol poussièreux.

Nichkhun paniqua et se précipita sur son protégé.

Le petit brun ouvrit les yeux d'un coup, faisant sursauter le thaillandais qui le lâcha aussitôt. Il se redressa, toujours assit, tourna la tête vers les deux créatures.

Un sourire malsain se dessina sur ses lèvres...

« Woo... Wooyoung ? »


____________________________________________


Chapitre VII : Et la lumière fut ! XD

“Woo... Woung ?”

Le petit brun ne répondit pas. Il se leva, lentement, les yeux toujours rivés sur les deux créatures, un sourire dangereux sur les lèvres.
Debout, devant Nichkhun - qui n'avait pas décollé ses fesses du sol, trop choqué par le comportement étrange de son ami - il tendit le bras et une bourrasque fit glisser le thaillandais jusqu'à la porte, là où se trouvaient les autres.

Il se mit ensuite à courir, les poings serrés, prêt à les abattre sur les fantômes. Il s'arrêta devant celui qui tenait Chansung et Junho et lui assena un violent coup dans l'abdomen. Ou du moins, dans ce qu'il fut autre fois, une poitrine. Il fit hurler la bête de rage et de douleur.

Alors qu'elle souffrait, il en profita pour attraper le corps du plus grand mais n'eut pas le temps de l'extirper des griffes de ce monstre, il se fit agripper par le col de son pull et se fit éjecter de l'autre côté de la pièce. Il attérrit pratiquement à côté des garçons.

Il poussa un cri mais se remit aussitôt sur ses pieds et reparti à l'attaque. La plus grosse des deux bestioles translucides s'interposa, alors qu'avant, elle était prête à bouffer l'autre. Elle grogna puis poussa un hurlement horrible et chargea. Wooyoung, ou du moins, celui qui possédait le corps du garçon, esquiva la patte, et en profita de la lenteur du monstre pour lui taper un coup de pied dans la mâchoire.
Le fantôme vola à quelques mètres sur la gauche pour ensuite disparaitre et réapparaitre derrière le brun.

Il l'attrapa à la nuque et le souleva. Il avait tellement de longs doigts qu'il réussit à l'étrangler.

Wooyoung ferma les yeux un instant et les rouvrit, il se mit alors à crier à l'aide, il appelait Nichkhun et les autres. Il se débatait dans le vide.
Les garçons avaient compris qu'il n'était plus le pantin d'un fantôme, mais qu'il était redevenu lui-même et que surtout, il allait finir comme Chansung et Junho s'ils ne faisaient rien.

Taecyon, étant le plus solide et le plus fort du reste de la bande, se décida à intervenir, il ne pouvait décidément pas rester là à regarder sa famille mourir les un après les autres.

Alors qu'il fonçait vers le petit brun, il se fit stopper d'un coup dans le ventre. Un être apparu devant lui, moins visible que les deux créatures, mais translucide quand même.
C'était un jeune homme, du même âge qu'eux sûrement, il lui fit un signe de tête. Taecyon, plié en deux, les larmes aux yeux tellement il souffrait, acquiesça. Il ne savait pas pourquoi mais au fond de lui, même si cet abruti lui avait fait mal, il sentait qu'il pouvait lui faire confiance.

La forme disparu de nouveau et réapparut devant la grosse bête qui coupait la respiration au pauvre Wooyoung qui n'avait rien demandé. Il s'acharna sur le fantôme, qui tenait tête, mais qui au final, lâcha le corps du brun qui s'écroula sur le sol.
Le jeune fantôme, tout en frappant, esquivant les coups de son adversaire, tendit le bras du côté du garçon et le leva violemment, Woo se retrouva propulsé au fon de la pièce, rejoignant le reste de la troupe.

Nichkhun eut le temps de se placer entre lui et la porte, sinon il s'encastrait dedans.

Le combat continuait, personne n'arrivait à avoir le dessus. Les garçons stressaient, paniquaient, car c'était bien beau d'avoir un sauveur, mais en attendant, Chansung et Junho, eux, souffraient.


Du moins, c'est ce qu'ils voulaient croire, même si tout à l'heure, ils avaient l'air plus mort que vivant.

A moitié allongé sur le carrelage, l'air remplissant peu à peu ses poumons, Wooyoung demanda ce qu'il s'était passé.
Apparemment, il ne se souvenait pas avoir joué l'hôte d'un fantôme. Il ne comprenait pas pourquoi il s'était retrouvé pendu à la patte de cette chose. Khun lui raconta, le tenant fortement dans ses bras, les larmes aux yeux. Il avait eu tellement peur pour lui, il avait cru qu'il allait le perdre lui aussi.

Taecyon était revenu vers les autres, les mains sur ses abdos. Il allait avoir un bel hématome, c'était certain. Jaebon s'occupa de lui, vérifiá et grimaça, le bleu se formait déja sur le ventre du jeune homme. Junsu, lui, continuait de jouer le spectateur impuissant, inquiet de la tournure des évènements.

L'inconnu spectrale poussa un gros hurlement, autre que celui d'un être humain, il attrapa alors la créature et la jeta sur celle de derrière, les bras toujours occupés par deux jeunes hommes.

L'impact fit que la plus petite des apparitions lâcha Chansung en premier. Il se retrouva étendu sur le sol, sa tête cognant le sol violemment. Du sang s'écoula de son front.

De loin, Junsu ne voyait pas que celui-ci s'était blessé, il ne voyait que le corps du grand brun enfin libre.

La petite créature s'énerva, mauvaise de s'être prit un gros colis dans les dents, il hurla, s'agita, et s'il continuait il allait démembré Junho.

Ce qui faisait paniquer Junsu qui hurla lui aussi. Il fallait avouer que la scène était des plus épouvantable. Le pauvre Rainy était balloté dans tous les sens. Il était certain que s'il continuait encore, il allait retrouver le corps de son ami à ses pieds alors que la tête resterait dans la patte de la créature.

Il eut envie de vomir, c'était digne des films d'horreur.

Le fantôme qui avait, quelques minutes auparavant, écrasé l'estomac de Taecyon, s'en prit au boureau de Junho. Il voulait le faire lâcher prise.

Le groupe ne savait pas trop pourquoi il était apparu, pourquoi il les aidait, qui il était, ce qu'il voulait au juste, s'il allait se retourner contre eux. Ils ne savaient rien et pour le moment, ils s'en foutaient, tant qu'ils sauvaient la peau des deux blessés, après ils aviseraient.

De la même manière qu'il avait propulsé Wooyoung vers l'entrée, il éjecta le corps inconscient de Chansung vers les garçons.
Seulement, alors qu'il tendait le bras, il n'eut pas le temps de le déplacer assez loin car la grosse créature s'était relevée et s'était jetée dessus.

Chansung glissa jusqu'à la moitié de la pièce, laissant derrière lui une trainée de sang.

Le plus petit de ses adversaires, qui tenait toujours Junho, balança celui-ci contre le mur d'une telle violence que les garçons hurlèrent, les larmes aux yeux, certains que leur ami ne s'en relèverait pas.
Elle se mit ensuite à courir vers le fantôme déjà aux prises avec le deuxième.

Il était en mauvaise posture, il ne faisait pas le poids contre les deux en même temps. Se ramassant coups sur coups, réussissant rarement à en mettre aux autres, il parvint cependant à dégager un bras et à le bouger.

Junho vola dans les airs et attérrit à l'opposé des garçons mais assez loin de la bagarre. Il n'avait pas pu le diriger là où il voulait, les coups commençaient à avoir raison de lui.

Junsu fut le premier à réagir, il se mit à courir vers le jeune homme. Il glissa sur le sol et s'arrêta près de lui, il ne prit pas la peine de voir s'il était vivant, il l'attrapa par la taille et le posta sur son épaule comme un sac à patates. Il tourna les talons et retounra près des autres.

Alors qu'il déposait son ami sur le sol, un hurlement se fit entendre et une sorte d'explosion de lumière aveugla la pièce.

Le calme revint peu après.

On entendit que des pleurs, des gémissements de douleurs, un petit rire, et une petite voix fine, féminine.

Les garçons relevèrent la tête et regardèrent là où s'était déroulé la bataille entre les spectres, une petite fille se tenait là, translucide, avec un joli sourire, les cheveux longs, accompagnée d'un petit garçon et d'une adolescente. Le petit lâcha la main de la gamine et se dirigea vers Junho tandis que la jeune fille se dirigeait vers Chansung, qui, contrairement au sosie de Rain, trainait toujours comme un déchet au centre de la pièce.
Elle s'agenouilla et d'une voix cristalline, s'adressa au jeune homme.

“Je suis désolée. Je ne voulais pas... Pardon. Et merci.”

Elle posa ses mains sur le crâne du brun et une petite lumière blanche s'échappa de ses doigts. Peu de temps après, Chansung ouvrit les yeux, marmonnant des choses totalement incompréhensible, il se redressa sur ses fesses, se frotta la tête. Il cligna des yeux avant de hurler.

La jeune fille se mit à rire avant de disparaitre.

Chansung, à quatre pattes, se dirigea rapidement vers les autres, hurlant qu'il y avait encore un fantôme à ses trousses. Il cala ensuite. Ses amis étaient là, ils étaient en face de lui.

“Oh... Seigneur... “

Ses yeux se mirent à se remplir de larmes. Ils étaient vivant, ils étaient là. Il pensait qu'il les avait perdu.

“Junho ?!” hurla-t-il en voyant le corps allongé et inanimé de son tendre.

Toujours sur les rotules, il continua son trajet, se fichant totalement d'avoir mal aux genoux, de sentir des cailloux ou du verre s'enfoncer dans sa peau.

“Ne t'inquiète pas, il va se réveiller.”

Le garçonnet était à genoux à côté du corps de Junho, il ferma les yeux et disparu. La seconde suivante, le danseur ouvrit les yeux et respira fortement, comme si d'un coup, tout l'air s'était infiltré dans ses poumons.
“Pardon... Et merci.”

Il se retira du corps, sourit, fit un petit signe de la main et disparu.

Junsu clignait des yeux, n'étant pas à l'aise totalement, même tout semblait s'être arrangé, que la menace ne planait plus sur eux. Taecyon, assit sur le sol, adossé contre la porte, soutenu par Jaebom, ne disait rien non plus, ils avaient les larmes aux yeux, et s'en voulaient de ne plus avoir de force pour se jeter sur les deux rescapés.

Wooyoung, lui, même s'il avait faillit y passer comme les autres, s'était jeté sur Junho, étant le plus proche, avant de se faire jeter par des bras puissants. Heureusement Khun était derrière et le réceptionna encore une fois, lui intimant de ne plus bouger.

Chansung, le visage en larmes, de nouveau, tenait comme jamais il avait tenu son partenaire d'apnée forcé, il lui tenait le visage, il lui caressait les cheveux, et sans s'en rendre compte, lui soufflait...

“J't'aime tellement...”

Junho souriait, lui aussi pleurant toutes les larmes de son corps, heureux d'être en vie, d'avoir ses amis autour de lui et celui qu'il aimait depuis toujours, dans ses bras.

Collant délicatement ses lèvres à l'oreille de Woo, Khun lui murmura les mêmes mots.

“Et il a fallu tout ce bordel pour que tu te décides à me le dire ?!” cria-t-il, pleurant à moitié, un immense sourire sur le visage.

Là, c'était bien fini. Ils pouvaient respirer enfin.

“Je vous remercie. Nous allons pouvoir partir pour de bon. Sans vous, nous serions encore là, à errer dans cette triste maison. Nous sommes désolés de vous avoir causé autant de soucis, pardonnez-nous.”

Elle se retourna, mais Khun l'appela.

“Quand est-il de l'autre ? Le jeune...”

Elle baissa la tête, personne ne le voyait, elle souriait tristement.

“Mon frère s'est sacrifié pour nous laisser partir, et pour vous sauver. Nous pouvons le remercier.”

Elle disparu finalement.

Khun baissa la tête, et remercia silencieusement l'inconnu. Les autres firent de même.

Quelques minutes passèrent, les garçons entendirent le chant des oiseaux, apparemment, c'était le petit matin. Ils souriaient, les larmes aux yeux, souffrant, mais heureux de savoir qu'ils allaient vivre. Ils se levèrent, difficilement pour certains, et, sans un mot, s'occupèrent du staff qui avait été éjecté un peu partout.

“Doucement !”

Wooyoung sursauta et donna un coup de pied dans le caméraman qui s'était redressé.
“Mais t'es malade ?! Pourquoi tu me frappes ?”

Le petit brun s'excusa mille fois et aida l'homme à se relever.

“Je pensais que vous étiez mort, je suis désolé. Je suis heureux de vous voir vivant.”

Le staff-man rougit et se gratta le crâne.

“En fait, j'ai fait le mort... J'voulais pas qu'il s'en prenne de nouveau à moi et me tue pour de bon.”

Le thaillandais claqua sa langue sur son palais, signifiant qu'il n'appréciait pas cette attitude de lâche mais se calma aussitôt.

“Vous avez eu raison ! Au moins vous êtes en vie !”

De l'autre côté, ce n'était pas pareil, la jeune femme n'avait pas eu la même chose, elle était morte. Le choc avait été trop violent et sa tête était pratiquement fendue. Taecyon avait retiré son t-shirt et l'avait posé sur le visage de la défunte, il s'agenouilla, pria et se releva. Il expliqua aux autres qu'ils ne pouvaient plus rien pour elles. Un silence prit place.

L'autre caméraman était vivant, mais inconscient. Il devait sûrement avoir des fractures en nombre, mais son coeur battait toujours. C'était le plus important.

“Et l'autre ?”

Ils regardèrent autour d'eux et haussèrent les épaules. Il avait disparu pour toujours.

“Paix à son âme.” soufflèrent-ils.

Ils rassemblèrent les corps, sauf celui de la décédée, Jaebom reprit son rôle de leader, qu'il avait quitté quelques temps d'ailleurs, et entreprit d'ouvrir la porte.

Il eut à peine le temps de poser ses doigts sur la poignée, bien plus grosse que sa tête, et sursauta. Chansung hurla, Junho s'agrippa à lui à s'en péter tous les os du corps, Wooyoung sauta presque dans les bras de son amoureux et Junsu voulu subitement se taper la têtre contre les escaliers.

La porte bougeait toute seule. Un “boum” se faisait entendre toutes les trentes secondes.

“Ne me dites pas que c'est reparti... “ murmura Taecyon, fixant la porte se faire secoué étrangement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionsfrancaise.forumactif.com
Shu
Admin
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 29/03/2010
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Vrai ou Faux : 8 chapitres en ligne ! 26 mars 2010   Lun 29 Mar - 15:32

Hello ! La suite, avec un bon retard, mais j'suis overbookée en c'moment, c'est la folie. T_T

Bref ! Alors, voici ce qui vous attend : Un Lemon léger, donc pas graphique. J'pense toujours aux petites demoiselles trop jeunes pour lire ce genre de chose.
On est hors de la maison, j'me suis dit que sortir de là, ce serait bien, j'ai donc placé tout ce beau monde autre part.
Vous allez donc entrer dans une autre histoire, tout en ayant un rapport avec celle que j'ai écris. Elle sera toujours autant flippante.
Quoi d'autre ? J'pense que c'est tout. C'est vraiment un chapitre pour passer à autre chose, car la maison commençait à me sortir de partout...

J'vous donne un indice, si vous avez vu Paranormal activity, autant vous dire que j'vais m'en inspirer en y mettant un max de choses. J'aime faire peur !
Mais rassurez-vous, pour ce chapitre, c'est un peu de douceur dans un monde de brute, c'est pour mieux vous plongez dans le sombre et la folie par la suite... Niahah !

Voilà, encore désolée pour le retard, j'espère vous voir pour les prochains chapitres !


CHAPITRE VIII : Ca s'en va et ça revient... *Cloclo sort de ce corps !*


Deux mois plus tard...

Chansung se réveilla en sursaut, le corps en sueur, le coeur prêt à exploser dans la poitrine et les mains tremblantes comme si elles avaient subit un séisme d'une amplitude de neuf sur l'échelle de Richter. Il jeta ensuite un oeil sur le côté et soupira de soulagement lorsqu'il vit le visage endormit de son amoureux.
“Foutu cauchemar...” souffla-t-il.
Le maknae se leva alors. Il lui fallait une douche. Une douche froide. Il mourrait de chaud et avait besoin de dégager toute cette crasse, et de se relaxer. Il fallait qu'il fasse partir cette désagréable sensation qu'il avait sur le dos depuis qu'il s'était réveillé.
Il enfila donc ses chaussons et sans faire de bruit, se rendit à la salle de bains.
Après avoir retiré son jogging, car il ne dormait qu'avec cet habit, il ouvrit le robinet et s'enferma dans la cabine. Les mains sur les parois, la tête baissée et les yeux fermés, il accepta avec plaisir le jet glacé sur la peau de sa nuque.
Il grimaça et se remit à trembler subitement. Dans son cauchemar, il avait vu Junho se faire briser la nuque par une des créatures auxquelles ils avaient eu à faire lui et ses amis.
Il l'avait vu mourir, le corps pendant dans le vide, la tête soutenue entre les immenses doigts du monstre translucide. Chansung se redressa et mit son visage sour le jet, il secoua ensuite la tête comme pour faire partir ces stupides images.
Il posa alors son front contre la paroi et tourna le robinet sur l'eau chaude, il commençait tout doucement à se les geler sur place.
C'est alors que la porte de la salle de bains s'ouvrit doucement et quelqu'un se faufila dans la pièce, sur la pointe des pieds. Celui-ci retira rapidement son short et son débardeur, essayant de faire le moins de bruit possible, et posa la main sur la vitre de la cabine.
Il la fit glisser sur le côté et...
“Uh ? Qu'est-ce...”
Junho posa un doigt sur les lèvres entrouvertes de son amoureux et entra. Il frissonna un peu sous les goutes mais s'habitua rapidement à la température.
Tout sourire, bien que les joues un peu rouge, le petit brun se colla au torse de son maknae.
“J'ai envie d'un câlin et toi, t'as besoin d'être relaxé.” murmura le plus vieux des deux.
“Euh... Ici ? Main... Maintenant ?” baffouilla le cadet.
Apparemment, oui. Etait-ce parce que Junho était encore un peu dans le coltar qu'il ne se rendait pas compte de ce qu'il disait ni de l'endroit dans lequel il était, mais surtout dans quelle tenue il se trouvait, ou alors avait-il vraiment envie de le câliner ici et maintenant ?
Pas que cela dérangeait le maknae, il mourrait d'envie de lui faire l'amour, il ne se le cachait pas, et cette envie il l'avait bien avant cette horrible nuit qu'ils avaient passés où il lui avait avoué ses sentiments, mais... dans une douche ? C'était assez hard, pour une première fois. Il n'était pas du genre à être romantique, à penser lit avec draps de soie et bougies disposées aux quatre coins de la chambre, mais sous un jet d'eau ?
Junho acquiesça avant de déposer un baiser sur ses lèvres.
Durant une minute ou deux, ils se s'embrassèrent fougueusement, rapidement, sauvagement et tendrement. Sans doute que le lieu dans lequel ils se trouvaient leur donnait la fièvre.
Mini Rainy se tourna soudainement, se collant à la paroi, exposant ses jolies fesses mouillées au maknae qui faillit pisser le sang des deux narines à cette vue.
Il en avait rêvé de ses jolies courbes et maintenant il les avait sous les yeux, et bientôt sous les mains. Chansung était au paradis.
Il remercierait presque ses fichus cauchemars, tiens. Il se colla alors à lui, son entrejambe plus que réveillé, le corps brûlant de désir pour son petit danceur préféré.
“J'suis fou de toi...” avait chuchoté le plus jeune avant de pénétrer son petit ami avec toute la douceur du monde.

Ils restèrent une demi-heure sous la douche, à se câliner, à gémir, à se griffer et à se mordre. A atteindre le septième ciel et à se murmurer des mots d'amour dans le creu de l'oreille. A se prendre tout à l'heure, avec tendresse, tout à l'heure avec fougue.
La pauvre cabine était bien baptisée en cette nuit, heureusement qu'elle était solide aussi, Chansung semblait déchaîné.

Et ce fut Junho qui sorti le premier, heureux comme jamais, essouflé, rouge de la tête aux pieds, tremblant et les fesses légèrement douloureuses. Chansung, après avoir coupé les robinets, sorti à son tour, dans le même état que son petit ami, l'arrière-train néanmoins indemne.

“Les autres vont se douter qu'on l'a fait, vu comment tu marches.” rigola le maknae.

Il était vrai que le petit brun avait une démarche assez particulière qui ne laissait aucun doute sur ce qu'il avait bien pu faire. Celui-ci grimaça, rougissant de plus belle, et s'enroula dans une serviette gentiment donnée par son petit copain qui se foutait de sa gueule (avec amour).

“Ne t'inquiète pas, ils pourront dire la même chose de toi plus tard.” répliqua-t-il en s'essuyant.

Chansung eut un coup de chaud et devint si rouge qu'on aurait pu penser qu'il venait de se prendre une insolation.
Mais il ne répondit rien. L'idée d'être en dessous ne lui déplaisait pas.

“Tu comptes rester nu longtemps ? Sèche-toi, tu vas choper la crève.”

Et au cadet d'exécuter les ordres de son homme. Il prit un essuie et se sécha rapidement avant d'enfiler son jogging.

Dix minutes plus tard, ils se réinstallaient dans la chambre, relaxés, bien dans leur peau, léger, un sourire tendre aux lèvres, amoureux comme jamais.
Ils étaient heureux, leur première fois s'était magnifiquement bien passée, même si le lieu était un peu spécial, bien que celui-ci leur ait apporté des petits plus pendant les câlins. Ils se promirent cependant qu'ils le feraient dans un lit la prochaine fois...

“Aaww... J'vais devoir dormir sur le ventre.” pleurnicha Junho en se touchant les fesses.

“Ahah... Désolé, j'irai plus doucement la prochaine fois !” rigolait Chansung en jouant les oreillers pour son pauvre blessé.

“Non, non... Juste une question d'habitude.” répondit-il avant de fermer les yeux.

Le maknae rougit de nouveau, senti son coeur s'accélerer et son entrejambe se réveiller. Ils allaient le faire encore et encore. Il souriait, un petit air pervers sur le visage cependant.

“Il ne reste que trois heures... bonne nuit mon amour.” murmura le petit brun avant de sombrer dans un sommeil réparateur.

Ils s'endormirent donc, complètement épuisés par leurs activités nocturnes.

Dans une autre chambre de l'immense appartement dans lequel ils habitaient désormais, puisque l'autre appartenait à la JYPE et qu'ils n'en faisaient plus partie maintenant, un couple se décollait, lui aussi essouflé et érinté.

Wooyoung, joueur, poussa son amoureux jusqu'à ce que celui-ci finisse le cul sur la moquette.
“Qu'est-ce tu fous ?” grogna l'autre, peu content de se retrouver les bijoux à l'air alors qu'il était bien au chaud sous la couette.

“T'es tout collant, va prendre une douche !” rigolait l'autre en le voyant tenter de monter sur le lit péniblement.

“Toi aussi tu colles, viens la prendre avec moi !” répliqua-t-il en tentant de mordre le pied qui l'empêchait de reprendre sa place sur le matelas.

“Naaah... Moi, j'vais aller boire une bouteille d'eau de deux litres ! Je suis désydraté !”

Le petit gars de Pusan enfila son boxer, embrassa rapidement son thaillandais et se dirigea vers la porte.

“Si tu criais moins aussi...”

Le Ssanti dancer se retourna alors, parcouru les quelques mètres qui le séparait de son châtain et se pencha au-dessus de lui, un grand sourire.

“A qui la faute ? J'y suis pour rien si tu me pre...”

Khun plaqua sa main sur sa bouche.

“Je sais ce que j'ai fais ! Pas la peine de le dire. Si t'allais boire ?”

On aurait pu croire que des deux, c'était Wooyoung le plus innocent, celui qui n'osait pas en parler, mais apparemment, le petit prince de Thaillande était le plus prude.

“Ouaip ! Et toi, va te laver, j'veux pas d'toi dans mon lit si tu colles encore.” prévint-il avant de sortir de la chambre.

“Yaahhh...”

Ronchonnant comme pas deux, Nichkhun se leva et traina les pieds jusqu'à la douche.

Dans la cuisine, Wooyoung vida le contenu d'une deuxième bouteille d'eau.

“Waaah... ça fait du bien !” soupira-t-il en s'essuyant la bouche.

Sur le balcon, attenant à sa chambre, Junsu était accoudé à la barrière. Il regardait la ville, profitant de l'air frais sur son visage et ses épaules nues.

Que s'était-il passé durant ces deux mois ? Depuis qu'ils étaient sorti de cette horrible maison ? Des tas de choses... leur enfer ne s'était pas arrêté quand les immenses portes s'étaient ouvertes. Non. Il avait continué, mais sous une autre forme.
D'abord, ils avaient passés un bon moment à l'hôpital. Ensuite, ils avaient dû expliquer ce qu'il s'était passé, mais personne ne les avait réellement cru. On avait même osé les accusé de meurtre... ce qui, dans un sens, semblait logique, si les inspecteurs ne croyaient pas aux fantômes, qui d'autres pouvaient avoir tuer la pauvre jeune femme et fait disparaitre un des cameramans à part les personnes présentes dans la vieille baraque ?
Mais ils avaient pu prouver leur innocence.. notamment avec les autopsies. Les marques et les coups qu'avaient la jeune femme, ainsi que les garçons et le cameraman toujours dans le coma actuellement prouvaient que cela n'avait pas été fait par des mains d'homme.
Malgré tout, un doute planait, on avait du mal à croire que quelque chose d'autre qu'un être humain pouvait avoir fait de telle chose...
L'enquête était d'ailleurs toujours en cours, certaines personnes voulaient vraiment avoir le dernier mot de l'histoire et ne cessait de pourir la vie aux garçons.
Donc, en plus de subir les questions des journalistes, des enquêteurs, des familles de la défunte, du disparu et du comateux, ils avaient eu le droit à des remontrances de la part de JYP, leur patron.
A leur sortie d'hôpital, ils avaient demandés à passer quelques temps avec leur proche mais celui-ci avait refusé. Cela avait engendré une sorte de guerre entre le groupe et le boss de la boite.
Monsieur Park ne voulait pas accepter le fait qu'il avait une part de responsabilité dans ce qu'ils avaient vécu, que c'était en partie de sa faute qu'une pauvre femme avait perdu la vie, qu'un jeune homme avait disparu et qu'un autre se trouvait toujours entre la vie et la mort, et qu'eux-même l'avaient frôler à plusieurs reprises.
Même avec les bleus et les bessures qu'avaient les garçons, preuves qu'ils avaient bien eu des ennuis entre les murs de cette maison abandonnée, Park Ji Young faisait la sourde oreille.
Et au final, ils s'étaient mis d'accord sur le départ du groupe.
Il eu des histoires de paperasses, des engueulades, des procès et toutes sortes d'autres choses bien embêtantes et dont ils se seraient bien passés...
Ensuite, après avoir réglé le cas JYP (Chansung avait même frappé l'homme au visage car celui-ci avait osé dire qu'il se fichait pas mal de savoir comment se portait les garçons), ils avaient dû assisté à l'enterrement de la jeune femme.
Ce fut un moment assez pénible. Aucun d'eux ne la connaissait personnellement, mais cela ne les empêchait pas d'avoir mal au coeur. Ils savaient comment elle était morte, ils savaient que cela aurait pu être eux aussi...
Khun avait pleuré, Junho et Chansung aussi, et tout un tas de gens également. Bientôt, ils allaient assiter à celui du jeune homme disparu. Les policiers, les enquêteurs et tout ce qui va avec lorsque quelqu'un disparait, n'avaient rien trouver dans la maison. Rien du tout. Pas la moindre trace du caméraman. Si pour la famille de celui-ci, il était toujours en vie, pour les garçons, ils savaient qu'il n'était plus de ce monde. Qu'il devait peut-être dans la même dimension dans laquelle s'étaient retrouvé Chansung et Junho.

Ces dernières semaines avaient été lourdes, douloureuses et longues, mais maintenant tout semblait rentrer lentement dans l'ordre.
Certains avaient encore des cauchemars, d'autres devaient porter des lunettes car leurs blessures aux yeux mettaient du temps à guérir...
Mais il y avait un point positif dans leur malheur. Ils étaient avec les personnes dont ils étaient amoureux.
Ils ne savaient pas encore ce qu'ils allaient faire maintenant qu'ils n'étaient plus les 2PM, mais juste une bande de potes cohabitant sous le même toit.
Sans doute qu'ils allaient voir à intégrer une nouvelle boite ou faire une carrière solo dans le chant ou en tant qu'acteur, ou même mannequin.
Ils avaient le temps pour y penser, maintenant ils profitaient que le calme reprenne peu à peu place dans leur vie. Ils étaient en vie...

“Hmmm... 'nho... 'rrête... Hmmm... Arrête 'te dis...”

De l'autre côté du lit, le sosie de Rain dormait à poings fermés.

Et quelque part dans la campagne, dans une maison interdite au public, une silhouette apparu à la fenêtre.
Un jeune homme... avec une veste noire et une inscription blanche sur la poitrine, du côté du coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionsfrancaise.forumactif.com
angenoire



Messages : 2
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: Vrai ou Faux : 8 chapitres en ligne ! 26 mars 2010   Mar 22 Mar - 18:59

la suite la suite je veux savoir qui est ce jeune homme
s'il te plait *0*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vrai ou Faux : 8 chapitres en ligne ! 26 mars 2010   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vrai ou Faux : 8 chapitres en ligne ! 26 mars 2010
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Catch , vrai ou faux ?
» Vrai ou Faux Jules César?
» Vrai ou Faux AS de NERON ???????????
» vrai ou faux ?
» vrai ou faux?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fanfictions :: 2pm-
Sauter vers: