Fanfictions françaises sur les groupes d'idoles coréennes en vogue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre Virtuelle | 5 chapitres

Aller en bas 
AuteurMessage
Shu
Admin
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 29/03/2010
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Rencontre Virtuelle | 5 chapitres   Mar 28 Jan - 12:08

Titre: Rencontre Virtuelle
Statut: En cours
Rating: -13 à -17
Pairing: BaekSoo



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

On s'est rencontré virtuellement, il y a six ans. J'avais quatorze ans, à l'époque. Je me souviens, c'était mon tout premier ordinateur et mon père était derrière moi à chaque fois que je posais le doigt dessus. Il avait entendu tellement de mauvaises choses sur internet qu'il ne voulait pas me laisser sans surveillance.


Du coup, à chaque page ouverte, il jetait un oeil, à chaque conversation, et quand j'ai appris l'existence de tchat de discussions, il lisait tout ce que j'écrivais. Il était sur mon dos en permanence et je m'en foutais, pour ce que je faisais de toute façon. J'étais tout jeune, un gamin... à part jouer, voir des vidéos et discuter avec d'autres adolescents de jeux, je ne faisais pas grand-chose.


Puis, avec le temps, il a compris qu'il pouvait me faire confiance, que j'étais assez intelligent pour ne pas me faire aborder par des types bizarres, pour ne pas traîner sur des sites ou des forums louches. J'ai pu avoir mon portable et l'utiliser dans ma chambre, tranquillement. J'étais libre de dire, d'écrire, de faire ce que je voulais.


Et c'est là que je l'ai vu. Enfin... que j'ai fait sa connaissance. Je m'étais connecté à un salon de discussion sur les films. On balançait des liens de téléchargement, on s'échangeait les bonnes astuces, on parlait de ce qui était à voir ou à éviter.


KyungSoo est venu me parler en privé. Ce qui l'avait attiré ? Mon goût fort prononcer pour les films de zombies. Apparemment, à ce moment-là, j'étais le seul à adorer ce genre de trucs... enfin, nous étions les seuls, puisque c'était pour cette raison qu'il était venu vers moi.


On a alors discuter beaucoup ce soir-là. On s'est amusé à critiquer tous les films qu'on avait vu, on se conseillait sur ceux qu'il fallait voir absolument et puis on est parti sur des tas de délires.

Le lendemain, on s'est reparlé, presque aussi longtemps que la veille. Et le jour suivant aussi, et encore le suivant. On se donnait rendez-vous à une certaine heure et on ne se quittait que très tard la nuit, voire quelques fois au petit matin.
On rigolait comme des fous, il me faisait pleurer de rire, et visiblement, j'étais aussi drôle puisqu'il me disait qu'il avait mal aux côtes.

Pas une seule fois, on a cherché à savoir à quoi on ressemblait. On s'en fichait un peu de savoir la gueule qu'avait l'autre puisqu'on ne se connectait que pour causer. C'était vraiment pas important pour nous. On s'appréciait comme on était, là. On n'avait pas besoin de se voir.

Les années se sont écoulées. On a grandit, forcément. J'étais devenu ce que je suis aujourd'hui, un jeune homme. J'avais presque vingt ans. On se parlait toujours, tous les jours. Un peu moins longtemps parce que je n'avais plus une vie d'adolescent, et lui non plus. J'allais en cours, j'avais des activités en dehors, des fois mes journées étaient bien remplies et j'étais crevé le soir. On restait deux heures, peut-être trois, et puis on se déconnectait.

Puis... tout doucement, je me suis mis à penser à lui, alors que j'étais au bahut, que j'étais censé me concentrer sur les paroles des chansons qu'on demandait de mémoriser. Je m'interrogeais sur ce qu'il faisait, où il était, s'il avait d'autres potes comme moi, si j'étais le seul avec qui il passait ses nuits à discuter. S'il me disait tout ce qu'il m'avait dit rien qu'à moi. Ses secrets les plus intimes... je me rendais compte que j'étais un peu jaloux à l'idée d'être un autre parmi tant d'autres.

Après tout, un écran nous séparait, et un bon paquet de kilomètres aussi. Comment pouvais-je savoir s'il n'avait pas d'autres personnes avec qui il se dévoilait et se marrait toute la nuit ?

Un soir, je lui ai dit. Je lui ai dit que je l'adorais. Que j'aimais énormément parler avec lui et qu'il me manquait quand je n'étais pas sur l'ordinateur. Et il m'a répondu la même chose.

Ou presque.

Il y avait un petit plus, chez lui.

« Baekhyun... Je crois que je ressens bien plus que de l'amitié pour toi. »

Je n'ai pas su quoi lui écrire.

Et on n'est resté quelques jours sans se parler. Je n'osais plus. Il m'avait avoué sans vraiment le dire, qu'il était amoureux de moi. Mais moi ? Est-ce que je l'étais ? J'en savais rien. J'étais sorti avec des filles, malgré mon emploi du temps surchargé. Des nanas. J'en avais déduis que j'étais attiré par elles et non par les mecs.


Quand je ne lui parlais pas, j'en étais presque malade, quand je m'imaginais qu'il puisse me remplacer, je bouillonnais de l'intérieur... Mais ce que je ressentais, c'était quoi ? C'était ce qu'il ressentait lui ? J'étais confus.


Dans ma tête, c'était le bordel.

Si je ne ressentais pas la même chose que lui, j'aurais pété un câble, non ? Je l'aurais remballé vivement en l'insultant. Je ne lui aurait sûrement pas dit non plus qu'il me manquait et que je ne voulais pas qu'il ait un autre meilleur ami que moi. Qu'il ne passe pas plus de temps avec d'autre, et qu'il ne soit pas aussi proche, et qu'il ne donne pas de surnom débile à quelqu'un d'autre. Pas vrai ?

Est-ce qu'un type purement hétéro aurait dit ça à son pote ? J'en doute.

Pourtant, je sortais avec des filles.

Vaguement. Quand j'avais un quart d'heure de libre, je voyais ma petite amie du moment. Je n'y accordais pas vraiment d'importance, en fait. Quand j'étais avec elle, j'avais hâte de retourner chez moi pour lui parler.

Je pensais à KyungSoo alors que j'étais supposé penser à ma nana.

Il s'était passé deux semaines avant que je ne revienne sur le salon de discussion. J'avais peur, je sentais mon coeur se serrer, j'étais si nerveux. J'avais parcouru la liste des connectés et plus je la lisais, plus je sentais une boule se former dans ma gorge.


J'allais chialer si son pseudo n'apparaissait pas, parce que ça voulait dire que je ne le reverrais plus jamais. On ne se parlait que là, on ne s'était rien échangé, pas de mail, pas de numéro de téléphone. Rien. Pendant six ans, comme ça. Parce qu'on s'était dit, au bout de quelques années, que ça avait très bien marché jusque là, alors pourquoi changé ? On était les meilleurs amis virtuels du monde, on n'avait pas besoin de ça.

Et bordel, je l'ai regretté. Comment j'aurais pu lui parler, lui dire que je voulais qu'on continue.

Son pseudo est apparu. Et j'ai pleuré comme une gonzesse.

« Merde, KyungSoo... » Avais-je murmuré, affalé sur mon siège, les larmes dévalant mes joues. Je fixais l'écran.

Est-ce qu'il allait venir me parler ? Était-il fâché après moi ? M'avait-il rayé de sa vie et était-il revenu pour discuter avec quelqu'un d'autre ? Il m'avait remplacé ? Rien ne se passait. Je ne voyais pas la petite barre en bas de mon écran clignoter comme pour me signaler que j'avais une nouvelle conversation privée.


J'avais la trouille d'aller le voir le premier...

Puis.

« Baekhyun ? »

Je tremblais. Je voulais taper sur les touches pour lui répondre, mais je ne savais pas quoi lui dire ? Je ne pouvais pas revenir comme une fleur et lui raconter ce que j'avais mangé aujourd'hui, comme on le faisait habituellement. De toute façon, je n'avais rien avalé de la journée à cause de tout ce bazar dans ma tête.

« Réponds-moi, s'il te plaît. »

J'en avais envie. KyungSoo, j'en avais tellement envie. Mais j'étais qu'un couillon.

« Je viens tous les jours depuis que tu t'es déconnecté. Si tu ne veux plus qu'on soit amis, dis-le moi au moins. »

Aucune réponse ne venait de ma part. Je restais immobile, à attendre qu'une autre phrase apparaisse.

« D'accord... J'ai compris. Je ne me connecterai plus ici, désormais. J'ai été plus qu'heureux d'avoir fait ta connaissance, Byun Baekhyun. Vraiment. »

Je m'étais jeté sur mon clavier.

« draejrazijzeireirejz//f:;:Qrerere » Avais-je écrit, dans la précipitation.

Et bordel, qu'est-ce que je me suis senti con.

« Baekie ? »

C'était le petit surnom qu'il m'avait donné peu de temps après nos premières conversations. Il m'appelait Baekie et moi Kyungie.

« Pardon. »

« J'ai bien cru que tu n'allais plus me répondre. Tu n'as pas idée à quel point j'ai eu peur ! »

« Je voulais le faire, mais j'étais trop lâche, pardonne-moi, KyungSoo. »

« Pourquoi es-tu parti ? »

J'en savais rien. Sur le moment. Il m'avait dit, lui, un mec, qu'il m'aimait. Je ne me sentais pas attiré par lui, je l'adorais fort, c'était indéniable, mais j'étais pas amoureux. Dans ma tête, c'était comme ça. J'avais des envies pour les filles, pas pour les hommes. Est-ce que j'avais été dégoûté ? Horrifié ? Vexé ? Aucune idée. J'avais été suffisamment assez choqué pour ne plus revenir pendant deux semaines. Avant de réalisé que... peut-être... finalement, j'étais bien plus attaché à lui que je ne le pensais. Que là-dedans, dans mon coeur, ça battait pour un gars, comme ça battait avant pour les filles quand je pensais être cent pour cent hétéro.

Après, je ne peux pas affirmer que je suis gay... quand je regarde les gars, y a rien qui me vient. Je ne reluque pas. Pourtant, je suis entouré, quand je sors de mon trou, de types plutôt beaux. Chanyeol, mon meilleur ami, Kai ou encore Sehun... Ils sont tous un physique qui en fait rêver plus d'une et jalouser plus d'un. Mais rien. Mes yeux se sont toujours posés sur leur visage. Jamais sur leurs fesses.

Comment expliquer alors que je n'arrivais pas à me faire à l'idée d'être loin de KyungSoo, qui était pourtant du même sexe que moi. Que je ne pouvais pas ne plus lui parler, que j'étais incapable d'effacer six années d'amitié. Qu'il m'avait manqué, bordel...

C'était pas le comportement d'un mec qui ressentait des sentiments pour un autre, ça ? Est-ce qu'on pouvait parler d'amitié, encore ? A moins qu'il existait des degrés divers dans l'amitié et que je devais être arrivé au tout dernier stade avant de basculer dans celui de « l'amour » ?

Vraiment, KyungSoo, c'était le bordel complet dans mon crâne, là.

« Est-ce que nous sommes toujours amis ? »

« Oui. »

Oui, oui, oui, oui. Oh que oui. J'étais pas sûr de ce que je ressentais pour lui, mais j'étais certain qu'on était encore amis.

« Baekhyun... est-ce qu'on peut se voir ? »

J'avais ouvert de grands yeux, et une grande bouche. Il voulait me voir. Mon coeur s'était mis à battre fort, et je redevenais nerveux. Mes mains tremblaient. Pourquoi je réagissais comme ça ? Merde, si j'étais pas attiré par lui, je devrais pas avoir tous ces symptômes. Je devrais lui dire, calmement, dans le cas où je ne serai pas homophobe, que ça ne m'intéresse pas, surtout après sa déclaration. Et si j'avais été dégoûté par le fait qu'il est gay, j'aurais... en fait, je ne serais pas revenu lui parler.

« D'accord. »

Je stressais. Mais je me disais que peut-être qu'en le voyant, je mettrais un nom sur ce que je ressens au juste. Que j'éclaircirais tout.

Alors, je me suis retrouvé dans le train, un samedi après-midi. J'avais accepté de passer le weekend chez lui. Dans son appartement.

Deux heures de trajet me séparaient de lui. Et durant ces deux-heures, d'autres questions s'étaient incrustées dans mon esprit, comme si avec celles que je me posais déjà, ça n'était pas assez suffisant. Je m'étais surpris, le front collé à la vitre, à me demander à quoi il ressemblait. Alors qu'avant, je me foutais royalement de savoir quelle tête il avait.

Est-ce que c'était une preuve de plus que j'étais intéressé par lui ? Attiré par KyungSoo ? Ou était-ce juste de la curiosité ?

Ensuite, je me suis mis à sourire. Tout seul. À espérer qu'il soit mignon. À angoisser à l'idée qu'il soit moche. Et si je réalisais que j'avais le béguin pour lui et qu'il était horrible ? Ce serait encore un sacré bordel.
Mais si... il était... beau ? Est-ce que ça me ferait quelque chose... ?

J'avais envie de m'arracher les cheveux. Je ne savais pas ce que je voulais. Soit je me disais que je me foutais de son physique, soit je me disais que ça serait bien qu'il me plaise. J'avais l'impression d'être un demeuré.

Le train ralentissait. Mon coeur aussi. Ma respiration avec. J'allais crevé dans le wagon. Je serrais mon sac à dos comme un malade, à m'en faire presque péter les jointures. Mes genoux claquaient. Mes dents pareil.
Je m'étais levé, lentement, pressé et pas pressé à la fois, de descendre. Je regardais par la fenêtre, me demandant qui, sur le quai, était KyungSoo.

Quand je suis descendu, je ne m'étais pas calmé. C'était devenu pire. Je restais planté là, mes yeux passaient d'un type à un autre. Et je regrettais de ne pas avoir demandé un tout petit peu d'information à mon ami. Genre, sa taille, la couleur de ses cheveux, des détails qui m'auraient aidé à le repérer parmi les gens présents.

J'avais mal au ventre. Mon dos était tout mouillé. C'était horrible. Je ne pigeais pas pourquoi j'étais aussi anxieux. J'allais voir un pote que je connaissais depuis six ans, non ? Je ne pouvais plus être gêné, ça faisait trop longtemps qu'on se connaissait.

Mais une petite voix dans ma tête me disait que le pote en question, il m'avait avoué ses sentiments et qu'il était possible que moi-même, je puisse ressentir la même chose. Et que donc, c'était tout à fait normal que je réagisse comme ça. Que je sois aussi nerveux.

Aussi impatient.

Aussi excité.

« Baekhyun ? »

Une petite voix, légèrement grave. Faible. Timide. Mal à l'aise. Elle venait de ma droite. Du côté où je ne regardais pas. Et je n'osais pas tourner la tête vers lui. Je tremblais. Avalais difficilement ma salive.

« Je ne vais pas te manger, tu sais ? »

Il riait. Doucement. Il était tout doux. Et il s'était rapproché, le bougre. J'ai senti sa main attraper la mienne. Il s'était planté devant moi et j'avais plus le choix que de le regarder maintenant.

Petit. Mais petit, quoi. J'étais déjà pas très grand, mais lui, alors. J'avais pratiquement une demi-tête de plus que lui.
Je ne m'étais pas attendu à ce qu'il soit aussi minuscule. Je ne m'étais pas imaginé qu'il soit grand non plus, mais comment dire... je pouvais m'appuyer facilement sur lui.

« Sa... Salut. »

« Tu viens ? J'ai pris un taxi et plus longtemps on attend, plus ça va me coûter cher. »

Il était délicat. Il m'avait tiré vers le véhicule tranquillement et on s'était installé à l'arrière.

J'avais pas ouvert la bouche, à part pour le saluer sur le quai. Je regardais droit devant moi, coincé. Le bavard Baekhyun avait disparu. J'étais intimidé. Je ne me reconnaissais plus.
On avait passé des années à se vanner, à s'insulter parfois, à se chamailler, et j'arrivais plus à lui parler, bon sang.

« Je vais finir par me vexer. »

Je me suis retourné vivement vers lui, et il riait. C'était pour attirer mon attention, pour me faire réagir, le sale type.

Ses yeux se plissaient quand il rigolait, il avait un joli sourire... mais j'avais l'impression qu'il ne devait pas le faire souvent. Moi, quand je souris, on voit toutes mes dents, la commissure de mes lèvres remonte jusqu'à mes oreilles, preuve que je passe plus mon temps à rire qu'à être triste. Et lui... ça devait être le contraire.

Je me rendais compte que je ne connaissais pas vraiment KyungSoo. Six ans, c'était beaucoup, mais on était que des potes virtuels, au final, et que ça ne suffisait pas pour connaître une personne totalement. J'avais mal au coeur...

« Je... pardon. »

Qu'est-ce que j'étais censé dire, aussi ? Je ne savais plus. Devais-je agir comme si rien ne s'était passé ?

« Ah ! C'est bon, on y est. »

KyungSoo vivait seul dans un tout petit appartement au troisième étage, sans ascenseur. Il vivait sous les toits.
J'étais toujours aussi nerveux. Mes tremblements n'avaient pas cessés alors que lui, il semblait à l'aise. Mais était-ce juste en apparence ? Sa voix, tout à l'heure, elle avait semblé si mal assurée comme s'il était aussi stressé que je l'étais.

J'avais déposé mes affaires, m'étais déchaussé et avais pris place dans le canapé-lit, attendant la suite des événements. Allions-nous discuter directement ? Manger avant ? Regarder la télé ou parler de n'importe quoi pour détendre l'atmosphère ?

Il s'était assis à côté de moi.

Et on est resté là, comme deux cloches, murés dans un silence bizarre. Du coin de l'oeil, je le voyais fixé quelque chose sur le sol tandis que moi, je regardais la table basse. J'avais les mains posées sur mes genoux, j'étais droit comme un 'i'. Je ne savais plus si je voulais être ici ou chez moi.

« A.. Alors ? »

Alors ? Alors quoi ? Je m'étais retourné vers lui, les sourcils haussés. Je ne comprenais pas. Il me souriait doucement. Il avait l'air embarrassé.

« Allons droit au but, d'accord ? On est tous les deux mal à l'aise et je veux pas passer le weekend dans cet état-là. »

Sa voix était reposante. Il parlait lentement. J'aimais bien l'entendre. J'avais posé les yeux sur ses lèvres. Elles étaient... jolies ? Non... elles étaient... J'en sais rien... pulpeuses. Ouais, elles étaient pulpeuses. Il avait une belle bouche, en fait.

Je trouvais qu'il avait une belle bouche. KyungSoo, mon meilleur pote... un mec...

« Baekhyun ? Hey ! »

Sa main s'agitait devant moi et je me mis à rougir furieusement. J'avais envie de me cacher tellement j'avais honte.

« Qu'est-ce qu'elles ont mes lèvres ? »

Je fis de gros yeux avant de tourner la tête. Bordel. C'était quoi cette question ? J'avais les joues toutes chaudes. J'étais choqué parce que j'avais fait... j'avais maté la bouche d'un mec.

« R... Rien. »

« Baekhyun, on est là pour savoir ce qu'il se passe dans ta tête... Tu te rappelles ? »

Oui, je m'en rappelle. Mais... Doucement. Faut pas se précipiter, c'est... bizarre pour moi.

Je comprends peu à peu, ce qu'il se passe. Laisse moi le temps de digérer.

« Qu'est-ce que tu penses de moi ? »

Je savais qu'il était du genre direct. Quand on parlait sur le net, il n'allait jamais par quatre chemins. Il me posait les questions comme elles devaient être posées, ni plus ni moins. J'y étais habitué. Mais là, il me regardait... c'était... gênant. Sa question était gênante.

« Physiquement, j'entends. »

Pour lui répondre, parce que j'allais le faire, je devais, j'étais là pour ça, il fallait que je me tourne vers lui et que je le détaille un peu mieux, même si ma petite voix intérieure me hurlait que je savais déjà.

Et doucement, timidement, j'ai tourné le regard dans sa direction. Moi, Byun Baekhyun, habituellement agité, extraverti, impossible, insortable, bavard, j'étais devenu tout le contraire. Méconnaissable.

Argh. J'avais rougis. Ses yeux... ses grands yeux. Ils me regardaient sans gêne, il attendait sa réponse. Il était impatient ? Sûrement. Il voulait savoir si je le trouvais beau ?

Mais est-ce que ça allait nous éclairer sur ce que je ressentais de le savoir ? Non. Je trouvais Chanyeol beau, Kai aussi et je ne ressentais rien pour eux.
J'étais capable de dire d'un mec qu'il était bien fait ou pas sans pour autant baver sur lui.

Sauf qu'il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionsfrancaise.forumactif.com
 
Rencontre Virtuelle | 5 chapitres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] Probleme messagerie vocale virtuelle orange suite au passage à Froyo
» Pokémon Snap [Console virtuelle (Wii)/Nintendo 64]
» les chapitres
» Assemblée Générale Virtuelle
» - Bleach Gaiden - [Manga - chapitres spéciaux]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fanfictions :: EXO-
Sauter vers: