Fanfictions françaises sur les groupes d'idoles coréennes en vogue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'anniversaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Yaja Shaolan

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 07/06/2012
Age : 34
Localisation : Dans le lit de Changmin =3

MessageSujet: L'anniversaire    Sam 9 Juin - 12:39

Titre : L'anniversaire

Auteur : Yaja

Couple(s) : Yunho - Jae

Rating : +13

Genre : J'étais parti pour faire un lemon à la base mais bon, je n'aime pas trop faire du lemon donc, y en n'a pas xD

Disclaimer : ?

Petite note personnelle : Aucune^^


Vendredi 20 janvier 2012
Dans un appartement, dans une certaine ville

Je suis assis sur le sol recouvert de moquette et mon dos est posé contre le lit, qui me sert de dossier. Un verre d’alcool dans la main, des bouffés de chaleur commencent à m’envahir. En réalité, je suis ivre. Je n’ai pas encore atteint mon seuil maximal, le chemin est encore long mais si je m’envois un certain nombre de verres précis, mon état sera déclaré inapte à poursuivre. Tout tourne autour de moi mais je parviens à rester vigilant.

Pourquoi suis-je ici, dans cette pièce à la décoration presque étudiante ? Un lit, une petite télé reposant sur un buffet marron clair se situant sous l’unique velux de cette chambre, une bibliothèque au fond de la pièce et un bureau, près de la porte d’entrée. Sur celui-ci repose un ordinateur portable fermé. Devant moi, une table basse noir de jais, faite de bois comprenant quatre cases sans fond. Sur sa surface, trois assiettes en carton. La première est au centre, présentant un joli fraisier bien entamé. La pelle à tarte est posée devant la portion restante. Les deux autres assiettes, devant chacun de nous.

Nous, je veux dire mon jeune ami et moi. Celui-ci se nomme Jae. Il vient d’avoir dix-neuf ans et si je me tiens à ses côtés, c’est parce qu’il m’a invité à passer nos anniversaires ensemble. Le sien est au jour présent, le mien, au lendemain. Le jeune homme est assit sur le pied de son lit. Lui non plus ne semble pas être très en forme. Il est brun, les cheveux en bataille, ses yeux d’une couleur marron, indiquent de la malice. Sa peau est claire et il fait à peu près ma taille, dans le mètre quatre-vingt environ. Néanmoins, je le dépasse de quatre centimètres. De toute façon, je n’ai jamais eu le coup d’œil pour avoir une exactitude sur la question de la taille. Je préfère ne pas trop m’attarder sur ce détail, ne présentant aucune réelle importance pour moi.

L’ambiance est au silence. Dans la pièce, pas un seul bruit. Pourtant, la pendule murale accrochée au-dessus du bureau indique plus de vingt-trois heures. Dehors, il fait nuit. Dans la chambre, seule une lumière tamisée nous aide à y voir plus clair. Ses parents ne sont pas là, jugeant utile de nous laisser entre bons camarades, afin de passer une belle soirée. Cette initiative de leur part est un geste que je sais apprécier. Toutefois, moi qui rêvais de mon bel ami pendant de si longs mois, il me manque quelque chose.

Je suis là, près de lui et seulement quelques centimètres nous sépare. Je pourrai tenter une approche, ouvrir ma bouche et prononcer des mots afin de savoir si j’ai le champ libre mais la peur me tétanise. Je sais qu’autour de lui gravite des gens qui ont le même sexe en point commun. Ces individus s’aiment, ne se cachent pas et bien sûr, mon joli compagnon est parfois spectateur de ces échanges tendres et romantiques.

Fais-moi un signe, juste un seul. Ainsi, je saurais si j’ai mes chances auprès de toi et en plus, on pourrait achever cette soirée en beauté. Toi dans mes bras, nos corps nus, se frottant l’un contre l’autre tandis que des baisers s’échangeraient entre deux « je t’aime », clair et sincère. Imaginer son sexe dans mon esprit commence à agir sur mon bas-ventre. Quel monstre je fais. Je l’aime d’un amour pur et voilà que je songe à lui de cette façon la plus bestiale qui puisse exister.

Je m’accorde plusieurs secondes afin de faire disparaitre mon trouble lorsque mon hôte me parle.

« Tout va bien Yunho ? »

Mon visage se tourne alors vers le sien et mes yeux plongent dans son regard. Il est si beau, si proche, si touchable et pourtant, je sens un fossé immense entre nous. C’est dans ces moments que les distances peuvent nous paraitre insurmontable alors que la proximité est bien présente. La faute à l’amour. Ce sentiment qui nous rend aveugle, nous cache la réalité des actes, de leurs conséquences, qui peut nous détruire comme nous construire. Une émotion que je cherche par-dessus tout à fuir, la plupart du temps.

Il s’apprête à me poser une nouvelle question lorsque je le devance pour répondre à sa première.

« Oui, j’ai juste besoin de prendre un peu l’air. »

Je me lève alors et tente de rester immobile une fois sur mes jambes car avec l’alcool dans le sang, le décor semble animé. Dès que je me sens sûr de moi, je me déplace dans la pièce afin de me rendre devant l’unique fenêtre de la chambre. Je l’ouvre, sort un paquet de cigarettes de l’une des poches de mon pantalon. Dès que j’ai une clope au bec, je replace la boîte là où je l’ai prise et attrape mon briquet. Une fois l’extrémité allumée, je range l’outil dans ma poche et tire une latte. La fumée s’échappe de ma bouche et va se disperser grâce aux courants faibles du vent.

J’aime les atmosphères qu’offre la nuit, surtout lorsque des brises fraîches et légères nous caresse le visage. Dans ces moments, je me sens bien, serein, en paix avec moi-même. Je souhaite vivre encore assez longtemps pour avoir la chance de pouvoir vivre ces instants des années plus tard. En bas, la ville. Celle-ci dort à moitié. Des fenêtres sont éclairées tandis que d’autres sont éteintes. Des voitures circulent sur les nombreuses artères de la cité, rapidement et calmement.

En observant cette vie nocturne, je me sens bien. Les pensées impures que j’avais à l’encontre de mon ami ont totalement disparu de mon esprit. Désormais, je suis respectable. Les lattes sur ma cigarette s’enchainent les unes après les autres. Le temps file, je ne tiens pas à compter les minutes qui s’écoulent. De toute façon, tant que je suis avec Jae, le reste m’importe peu. D’ailleurs, le voilà qui se met en mouvement. Je le devine grâce aux bruits que je perçois derrière moi. Je ne prends pas soin de tourner la tête, à quoi bon de toute façon ?

Par contre, pourquoi bouge-t-il ? Je sais ! Avec tous les verres d’alcool que nous nous sommes enfilées, il a probablement besoin de se vider la vessie. Je comprends, j’ai cédé à la même envie une demi-heure plus tôt. Toutefois, mon imagination me trompa sur toute la ligne. Jae se place devant moi, dos contre mon torse et pose son visage sur mon épaule gauche. Le parfum que dégage ses cheveux me caresse les narines et à ce moment, cette fosse qui me tenait si loin de lui semble se réduire considérablement.

« Tout va bien Jae ?
- Oui. C’est juste que j’avais besoin de prendre un peu l’air moi aussi.
- L’alcool qui te grise ?
- Nous allons dire ça. »

Nous allons dire ça ? Etrange comme phrase non ? Cette affirmation serait-elle une ouverture pour un autre genre de conversation ? Arrête de te faire des idées Yunho, Jae aime les filles et non les garçons et jusqu’à preuve du contraire, tu appartiens au deuxième genre. Par contre, la position de sa tête sur mon épaule m’intrigue beaucoup. Je décide de faire un peu d’humour.

« Dis-moi Jae.
- Oui Yunho ?
- Tu sais que nous avons de la chance de nous trouver dans un immeuble et surtout, que nous soyons au seizième étage.
- Pourquoi dis-tu ça ?
- Parce que si tu avais des voisins en face et à des étages supérieurs, ils seraient en mesure de croire que nous ne sommes pas des amis mais un couple.
- ils pourraient croire ce qu’ils veuillent et de plus, être en couple avec toi ne me dérangerait pas. »

Quoi ? Ai-je bien entendu ces mots ou est-ce mon imagination qui me joue des tours ? L’alcool, voilà la seule explication. Pour me remettre sur le chemin de la réalité, j’inspire une nouvelle bouffée de fumée que je libère rapidement.

« Tu ne dis rien ? »

Me demande-t-il. Donc, ce que j’ai entendu n’était pas la conséquence d’une trop grande consommation d’alcool. Cela me rassure comme cela me fait peur. Se pourrait-il que le rêve qui m’inspire ces derniers temps, que dis-je, ces dernières semaines, est sur le point de se réaliser ? Moi qui n’a jamais eu de chance en amour, je n’ose le concevoir. Du moins, pas une conclusion heureuse.

« Poursuivre à propos de quoi ?
- Non rien. »

Et voilà que Jae me quitte et s’éloigne de la fenêtre pour retourner auprès de sa table basse. Je crois que je viens de commettre un impair et je dois user de mon intelligence pour rattraper le coup. Pour ce détail, je sais me montrer plutôt doué.

« Excuse-moi Jae mais je pensais que c’était un effet secondaire dû à l’alcool. »

Mon ami s’arrête de marcher et se tourne pour me faire face.

« Vraiment ?
- Oui. A vrai dire, il serait temps pour moi de me montrer franc avec toi.
- Quoi ? Tu veux dire que depuis on se connait… »

Je ne lui laisse pas le soin de terminer sa phrase que je poursuis par une autre.

« Depuis qu’on se connait, tout se passait très bien. Par la suite, à cause de plusieurs éléments, l’amitié forte que j’avais pour toi s’est transformée petit à petit en quelque chose de plus fort. Tu me connais et tu sais que je n’ai jamais été très chanceux de ce côté-là. Je sais qu’au moment où j’aurais prononcé ce qui me pèse sur le cœur depuis si longtemps, tu ne voudras plus de moi, même en tant qu’ami. »

Jae m’observe, m’écoute en se montrant silencieux. J’espère que c’est du respect de sa part car ce que je m’apprête à lui dire est vraiment sincère. Je vais tomber de haut, je le sais.

« Je suis amoureux de toi Jae. »

Et là, mon cauchemar va se mettre en place dans les secondes qui va suivre. Mon ami fera le choqué, le dégoûté, m’insultera, me fera clairement comprendre qu’entre lui et moi, ce n’est pas possible et peut-être qu’il usera de ses poings pour me le faire rentrer dans le crâne. Mais pourquoi ai-je ouvert ma gueule merde ???

Je détourne mon regard de celui de mon camarade et observe le voile ténébreux de la nuit. Dans ma tête, mille et une pensée se bouscule. Mes réflexions ne sont pas tendres, dictées par la crainte et la frayeur de le perdre à tout jamais. Il n’a prononcé aucun mot encore mais je sais très bien ce qui va se passer. Je suis lucide et je ne suis pas né de la dernière pluie.

« Enfin, je n’arrêtais pas de me demander quand tu allais te lancer. »

Mon minois fait face au sien une nouvelle fois car j’ai besoin d’être sûr de ce que je suis en train d’entendre.

« Tu sais, cela fait un moment que je suis également amoureux de toi sans jamais avoir le courage de te le dire. D’ailleurs, qui suis-je pour te faire une telle reproche alors que j’ai su me montrer faible sur ce même tableau. Je te demande de m’excuser.
- De t’excuser à quel sujet ?
- De ne t’avoir rien dit. Les sentiments que tu éprouves pour moi ne sont pas à sens unique, tu le sais désormais. »

Et là, Jae se met à sourire.

« Lorsque je pense que nous avons perdu du temps bêtement alors qu’à cette heure-là, on serait déjà dans les bras de l’un et de l’autre. »

Je balance le restant de ma cigarette par ma fenêtre et tourne entièrement mon corps vers celui de mon ami.

« Il n’est pas trop tard Jae. Si tu veux qu’on rattrape ce temps, on peut se lancer dès maintenant.
- Dans ce cas. »

Jae ne tergiverse pas davantage. Il traverse la pièce pour se placer à quelques centimètres de moi et dépose ses lèvres sur les miennes. Lors de cet échange, je ressens le besoin de fermer les yeux, chose que je fais. Ce rêve que je vivais maintes et maintes fois dans ma tête est en train de se réaliser.

« Ferme la fenêtre s’il te plait.
- D’accord. »murmurai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shu
Admin
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 29/03/2010
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: L'anniversaire    Sam 9 Juin - 14:18

Alors, j'avoue que ça m'a fait bizarre de relire des histoires sur ce groupe. Mais tu as très bien écrit, c'était léger, doux, sans prise de tête. J'ai apprécié.
Cependant, il y a quelque chose qui me chipote. Lorsqu'on fait parler un personnage, en général, le faire décrire autant de choses en détails, ça... coince. Pour moi, j'entends. En dehors de ça, tu emportes tes lecteurs et c'est une très bonne chose.

Je relirais d'autres histoires!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionsfrancaise.forumactif.com
Yaja Shaolan

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 07/06/2012
Age : 34
Localisation : Dans le lit de Changmin =3

MessageSujet: Re: L'anniversaire    Dim 10 Juin - 20:58

Merci beaucoup Shu mais il faut que tu saches que cette fanfiction était à la base, un défi.
Je n'avais jamais écrit de texte sur un groupe auparavant et j'ai décidé de me lancer sur DBSK^^
Bon, je posterai la deuxième partie dans une semaine^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 27/04/2010
Age : 25
Localisation : Sud

MessageSujet: Re: L'anniversaire    Dim 30 Sep - 15:27

    Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu du YunJae aussi bien écrit. Franchement, j'ai adoré. J'ai trouvé ça touchant, adorable et les personnages sont attachants. Pas parce que c'est Yunho et Jaejoong, mais par leur relation, leurs caractères ... Puis on (ou bien je ?) ressens une certaine alchimie entre eux, c'est quelque chose que tu as très bien écrit. Je ne saurais pas quelle phrase citer, ni quel paragraphe, mais on ressent cette alchimie qui les lie. Aaaah ... merci, vraiment. Merci beaucoup pour ce YunJae :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'anniversaire    

Revenir en haut Aller en bas
 
L'anniversaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Piñata / pignata anniversaire enfant
» jeux pour un anniversaire
» joyeux anniversaire
» [Anniversaire] Personnages de Type-Moon ! =D
» bon anniversaire rommel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fanfictions :: DBSK-
Sauter vers: